Plus de 3 millions d’enfants pauvres en France

Enfance et famille

L’UNICEF France émet un « diagnostic sévère » sur le respect des droits de l’enfant en France.

Pauvreté, enfants migrants, bidonvilles, justice pénale… Dans le cadre de l’audition prochaine de la France devant l’ONU, l’UNICEF France interpelle le gouvernement « sur les nécessaires progrès à réaliser » et remet au Comité des droits de l’enfant une analyse du respect et des violations des droits de l’enfant sur notre territoire. Intitulé « Chaque enfant compte. Partout, tout le temps », son rapport est rendu, ce mardi 9 juin, au président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone.

« Bien-sûr, il vaut bien mieux naître et grandir en France que dans bon nombre d’autres contrées, tant notre pays consacre de moyens financiers colossaux et fournit d’efforts considérables pour offrir au plus grand nombre d’enfants un cadre de vie bienveillant, explique Michèle Barzach, présidente de l’UNICEF France. Pour autant, la France échoue en partie à l’égard de l’enfance et de la jeunesse et ce sont les plus fragilisés par la pauvreté, l’exclusion sociale, les discriminations, mais aussi par cette période si particulière qu’est l’adolescence, qui en payent le plus lourd tribut ».

Parmi les 10 thématiques explorées dans le rapport, l’UNICEF France aborde la pauvreté des enfants. La prise en compte des conséquences de la crise économique sur les enfants et adolescents reste, selon elle, « dramatiquement insuffisante » . Les enfants et les jeunes sont impactés « de manière disproportionnée par la crise économique et beaucoup d’entre eux cumulent les inégalités (éducation, insertion sociales et professionnelles, santé) aux conséquences désastreuses pour leur avenir et celui de la société tout entière. » Le rapport dénonce également « la situation inacceptable des enfants migrants non accompagnés et/ou vivant en bidonvilles ». Privés de leurs droits fondamentaux en matière de santé, de logement, d’éducation et de protection, victimes de discriminations, « ces derniers comptent parmi les plus vulnérables vivant sur le territoire français », insiste l’organisation.

Autre sujet de « forte inquiétude et de déception » : la justice pénale des mineurs et l’abandon d’une réforme d’envergure, pourtant annoncée à maintes reprises.

En conséquence, l’UNICEF France émet une série de 36 recommandations à l’attention des autorités françaises pour faire avancer l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) dans les domaines les plus critiques. « Plus de 3 millions d’enfants pauvres, plus de 30 000 sans domicile, 9 000 vivant dans des bidonvilles, 140 000 élèves décrocheurs chaque année, des disparités territoriales de plus en plus marquées, particulièrement criantes en France ultra-marine… Notre rapport est un cri d’alarme qui doit pousser les autorités françaises à agir d’urgence et de manière plus efficiente pour chaque enfant », conclut Michèle Barzach.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum