Unaf : pas touche à la politique familiale

Enfance et famille

L’Union nationale des associations familiales (Unaf) s’oppose à toute remise en cause de la politique familiale.

Alors que les travaux du Haut Conseil de la famille (HCF) sur la réforme de la politique familiale viennent à peine de démarrer, des déclarations surgissent de toutes parts pour remettre en cause cette politique, s’inquiète l’Union nationale des associations familiales (Unaf). « Chacun y va de sa « bonne » idée : hier le quotient familial, aujourd’hui la taxation des prestations familiales, et demain ? », interroge l’Union. L’Unaf appelle donc le gouvernement à « clarifier ses objectifs ».

« Une grande part du déficit actuel de la branche famille est liée aux reports de charges de la branche vieillesse et au détournement d’une partie de ses ressources. Malgré cela, la branche famille redeviendra excédentaire dès 2019.

En attendant ce retour à l’équilibre, la France ne doit pas sacrifier les principes de sa politique familiale », plaide l’Union. La branche famille n’est pas la « poule aux œufs d’or », poursuit-elle. « Les difficultés conjoncturelles que connaît la France ne doivent pas conduire au détournement de la politique familiale vers une politique exclusivement sociale, à son pillage par d’autres branches ou d’autres politiques, ou à son démantèlement », poursuit l’Unaf.

« Réfléchir à l’évolution de la politique familiale : oui ! Prendre part à une opération de démantèlement : non ! » C’est dans cet esprit que l’Unaf entend contribuer aux réflexions engagées sur l’avenir de la politique familiale.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum