Vers de nouvelles actions pour lutter contre la pauvreté des enfants ?

Enfance et famille

La ministre des Affaires sociales et de la Santé veut « accroître l’efficacité » des soutiens destinés aux familles les plus démunies.

Malgré les efforts financiers déployés en direction des familles et des plus démunis, le niveau du taux de pauvreté des enfants demeure « inacceptable » dans notre pays, estime la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine. Les soutiens – financiers, organisationnels, sociaux – destinés aux familles les plus exposées doivent donc « être repensés afin d’en accroître l’efficacité ».

« Le dernier rapport de l’Unicef rappelle avec force le défi important de réduction de la pauvreté des enfants en France », souligne la ministre dans un communiqué. Elle regrette le fait que, « malgré les efforts financiers déployés en direction des familles et des plus démunis, le niveau du taux de pauvreté des enfants de moins de 18 ans reste inacceptable : il s’élevait à 17,7 % en 2009 » (dernier chiffre connu).

Selon le ministère, il convient, à la fois, de préserver la vocation universelle de notre système de protection sociale et d’engager des actions très ciblées, par exemple en direction des enfants qui manquent un repas par jour, habitent dans des logements insalubres, ou sont privés de soins médicaux élémentaires. Ainsi, l’accès aux soins pour tous est un engagement présidentiel que la ministre veut mettre en œuvre, en concertation avec les médecins. « Consciente que toutes les dimensions de la pauvreté doivent être combattues de front », Marisol Touraine prendra également l’initiative, à la rentrée, de réunir tous les acteurs concernés par la lutte contre l’exclusion et la pauvreté, « afin d’engager une action commune de réduction de la pauvreté et particulièrement s’agissant des enfants ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum