Jean-Marc Ayrault lance une mission sur la réforme de l’État

Fonction publique

Matignon a annoncé samedi 7 juillet 2012 le lancement d’une mission sur l’après-RGPP et « les conditions de réussite d’une nouvelle politique de réforme de l’État », qui devra rendre ses conclusions à Jean-Marc Ayrault le 25 septembre, selon un communiqué.

Concrètement, sur fond de crise des finances publiques, il s’agit de « redéfinir les missions de l’État, d’améliorer le service rendu aux usagers » de l’administration, de rendre celle-ci « plus efficace, tout en assumant la maîtrise des dépenses », expliquent les services du Premier ministre.

M. Ayrault, est-il précisé, a adressé vendredi une lettre de mission aux chefs de l’inspection générale de l’administration, de l’inspection générale des finances et de celle des affaires sociales, dans laquelle il fixe les contours de la requête.

Alors que « la période de la RGPP est close », ajoute-t-on, il leur est demandé de « tirer les enseignements » de cette Révision générale des politiques publiques (RGPP) « afin d’éclairer le gouvernement sur les conditions et modalités d’une nouvelle politique de rénovation de l’action publique ».

La ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, avait déjà déclaré jeudi 28 juin que la page de la RGPP, réforme de l’ère Sarkozy lancée en 2007 et qui s’est notamment traduite par le non-remplacement d’un départ sur deux, était « tournée »… Même si Matignon a annoncé des réductions d’effectifs dans certains secteurs, l’objectif étant de stabiliser les effectifs globaux de l’État tout en créant 65 000 postes dans l’Éducation, la Justice, la police et la gendarmerie.

La règle du « un sur deux » a engendré la suppression de plus de 150 000 postes dans la Fonction publique d’État, qui emploie quelque 2,4 millions d’agents (sur un total de 5,3 millions de fonctionnaires).

Pour Matignon, la RGPP, qui a constitué depuis cinq ans le cadre principal de la réforme de l’État, « a provoqué désorganisation et malaise dans l’ensemble de la fonction publique ».

La mission lancée par Jean-Marc Ayrault devra évaluer l’impact que la RGPP a eu sur chaque ministère (administration centrale et services déconcentrés) et formuler des recommandations sur comment réformer l’État en obtenant « à la fois une véritable adhésion des perEsonnels et de l’opinion publique, et un redressement de nos finances publiques à échéance de 2017 ». Elle rendra compte de l’avancement de ses travaux à Mme Lebranchu et « rendra ses conclusions au Premier ministre le 25 septembre prochain », conclut le communiqué.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum