Favoriser le retour à l’emploi d’anciennes détenues

Insertion

L’Institut Randstad et le ministère de la Justice ont conçu un programme de réinsertion par l’emploi pour les femmes détenues, baptisé « Passeport pour l’emploi ».

L’Institut Randstad pour l’Egalité des Chances et le Développement Durable a remis, le 19 avril, une bourse à six anciennes détenues de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, issues de quartiers défavorisés, afin de faciliter leur retour à l’emploi. D’un montant de 500 euros, ces bourses doivent les aider à réaliser leur projet de réinsertion professionnelle. Ce dispositif est le fruit d’un programme de réinsertion par l’emploi, baptisé « Passeport pour l’emploi », lancé fin septembre 2010 conjointement par l’Administration pénitentiaire du ministère de la Justice et l’Institut Randstad.

Ce partenariat se donne pour objectif de « créer une synergie « dedans/dehors », afin que le temps d’incarcération soit profitable à ces femmes placées sous main de justice. Il permet ainsi, à la fois, de lutter contre la récidive et de favoriser l’insertion professionnelle, une fois leur liberté recouvrée. » Pour sa deuxième édition, l’opération « Passeport pour l’emploi » a plus précisément permis à une vingtaine de détenues, en fin de peine ou susceptibles de bénéficier d’un aménagement de peine, de présenter, sur la base du volontariat, leur projet de réinsertion professionnelle à des responsables d’agences d’intérim Randstad. Au terme d’entretiens individuels menés au cours de l’automne 2010, six femmes, âgées de 27 à 45 ans, sont allées au bout de leur projet.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum