Aide aux plus démunis : le secteur alimentaire s’engage pour répondre à l’urgence

Lutte contre les exclusions

Pour faire face à l’augmentation du nombre de repas servis par les associations, les acteurs de la grande distribution vont participer à une collecte de produits.

Comme prévu, le secrétaire d’Etat chargé du Commerce et de la Consommation, Frédéric Lefebvre, a réuni, le 3 janvier, les représentants des enseignes de la grande distribution (Auchan, Carrefour, Casino, Cora/Match, Intermarché, Lidl, Monoprix, Système U), la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) et l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA), aux côtés des associations caritatives- Restos du cœur, Croix-Rouge française, Secours populaire français, Fédération française des banques alimentaires- pour répondre à l’appel lancé, au lendemain de Noël, par le président des Restos du cœur.

Lors de la réunion, les associations ont confirmé une augmentation du nombre de repas servis, de l’ordre de 5 à 8% par rapport à l’an dernier. Prenant acte de ces chiffres, les représentants des enseignes de la grande distribution et de l’industrie alimentaire se sont engagés à couvrir ces besoins additionnels. Un accord général a ainsi été trouvé pour augmenter globalement les contributions habituelles à hauteur des besoins supplémentaires identifiés, rapporte le secrétariat d’Etat. Cet apport additionnel passera par l’organisation d’un « moment solidaire », qui impliquera tous les maillons de la chaîne : producteurs, distributeurs et consommateurs.

Deux groupes de travail doivent être mis en place en cette fin de semaine : l’un pour définir la sélection des produits les plus indispensables et affiner le chiffrage des besoins, l’autre pour arrêter les modalités pratiques d’organisation de ce « moment solidaire » (journée, semaine…).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum