Chèque énergie : le dispositif est modifié

Lutte contre les exclusions

Un récent décret vient amender les conditions d’application du dispositif du chèque énergie.

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte a permis d’expérimenter le chèque énergie. Un décret du 24 décembre 2018 (Journal officiel du 26 décembre 2018) vient modifier les conditions d’application de ce dispositif, afin de prendre en compte le bilan de cette expérimentation.

Les nouvelles dispositions sont entrées en vigueur le 27 décembre 2018

Pour mémoire, ce dispositif d’aide au paiement des dépenses d’énergie s’est substitué aux tarifs sociaux de l’énergie (tarif de première nécessité pour l’électricité et tarif spécial de solidarité pour le gaz naturel), qui se sont éteints au 31 décembre 2017. Le chèque énergie est attribué sur la base d’un critère fiscal unique, en tenant compte du niveau de revenu et de la composition des ménages. Il permet aux ménages bénéficiaires de régler leur facture d’énergie, quelle que soit leur source (électricité, gaz, fioul, bois…). S’ils le souhaitent, les bénéficiaires peuvent également utiliser le chèque pour financer une partie des travaux d’économies d’énergie qu’ils engagent dans leur logement.

L’article 2 du décret vise à remplacer le premier alinéa de l’article R. 124-1 du Code de l’énergie par l’alinéa suivant :

« Le bénéfice du chèque énergie est ouvert aux ménages dont le revenu fiscal de référence annuel par unité de consommation est inférieur à 7 700 euros, au titre de leur résidence principale, y compris à ceux d’entre eux dont le contrat de fourniture d’électricité ou de gaz naturel couvre simultanément des usages professionnels et non professionnels. Ce montant peut être réévalué par arrêté des ministres chargés de l’économie, du budget et de l’énergie ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum