Indemnité de départ volontaire : calcul et conditions de l'IDV

Rémunération

Interrogé par un député, le ministre du Budget a rappelé qu’après l’intervention du décret instituant une indemnité de départ volontaire, paru en décembre 2009, il appartient aux collectivités d’en fixer le principe et les conditions d’attribution.

À l’occasion d’une question de Max Roustan, député UMP du Gard, relative à l’indemnité de départ volontaire dans la territoriale, Éric Woerth a rappelé qu’il appartenait « à la collectivité d’en fixer par délibération le principe et les conditions d’attribution ». C’est le décret n° 2009-1594 du 18 décembre 2009 qui a institué une indemnité de départ volontaire au bénéfice des fonctionnaires quittant la territoriale à la suite d’une démission régulièrement acceptée. Il avait reçu un avis favorable du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT).

L’indemnité est calculée « par référence au salaire de l’agent concerné dans la limite de 24 mois de rémunération brute annuelle », a ajouté le ministre du Budget. Il a ensuite précisé que le bénéficiaire « ne doit pas être à moins de cinq années de l’âge d’ouverture de ses droits à pension ».

Par ailleurs, si l’agent était recruté de nouveau, dans les cinq années suivant sa démission, dans l’une des trois fonctions publiques, par voie de concours ou en qualité d’agent contractuel, il est prévu qu’il « rembourse le montant de l’indemnité de départ volontaire ».

Franck Vercuse

Texte de référence :

  • Question écrite n° 68528, réponse du ministre du Budget, JO AN du 2 mars 2010

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques