Chikungunya : la Polynésie au stade épidémique

Santé

La Polynésie française est passée au stade épidémique, après les premiers cas de chikungunya annoncés vendredi 10 dernier, a annoncé mercredi 15 octobre le gouvernement local.

Le ministère de la Santé local a identifié 59 cas, et deux cents sont considérés comme « suspects ». Vendredi, le gouvernement avait annoncé 15 premiers cas, concentrés dans une commune du sud de Tahiti. Les autorités sanitaires espéraient tuer dans l’œuf ce début d’épidémie en détruisant son vecteur, le moustique, par des pulvérisations d’insecticide dans les quartiers touchés.

Cela n’a pas suffi : non seulement le nombre de cas a quadruplé en cinq jours, mais d’autres îles sont désormais touchées. Des patients ont notamment déclaré les symptômes du chikungunya à Tubuai, à Raiatea et sur l’atoll d’Apataki. A Tahiti, 11 communes du sud et de l’est sont désormais touchées.

Le chikungunya provoque de fortes fièvres avec des douleurs articulaires. Dans certains cas, ces douleurs et des raideurs persistent plusieurs mois voire plusieurs années. La maladie peut être mortelle chez les patients fragilisés, notamment les personnes âgées. Seuls trois malades sont toutefois hospitalisés pour le moment.

Le ministère de la Santé local a invité la population à « se mobiliser contre l’ennemi numéro 1, le moustique », en détruisant les gîtes larvaires. Il a aussi indiqué qu’il avait commandé un « laboratoire de confinement P3 » afin d’anticiper l’introduction du virus Ebola en Polynésie. Mais compte tenu de la forte demande internationale, ce laboratoire ne devrait pas être livré « avant 4 ou 5 mois ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum