Des mesures pour favoriser les soins palliatifs dans le secteur médico-social

Santé

Dans le cadre du Programme de développement des soins palliatifs 2008-2012, la secrétaire d’État chargée des Aînés a présenté une série de mesures pour encourager cette démarche dans le secteur médico-social, tant à domicile qu’en EHPAD.

En déplacement dans les Yvelines, Nora Berra, secrétaire d’État chargée des Aînés, a annoncé, le 8 juin 2010, « la mise en œuvre effective de cinq mesures » pour développer les soins palliatifs dans le secteur médico-social. Ces mesures intéressent, à la fois, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et les services de soins à domicile et d’aide à la personne. Au programme :

  • Pour permettre une meilleure prise en charge des malades, une formation aux soins palliatifs sera mise en place à destination des soignants de proximité. Dès la rentrée prochaine, ces derniers suivront une formation à destination des proches des malades en fin de vie vivant à domicile. Coût de la mesure : 2 millions d’euros par an, financés par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).
  • La Société française de gériatrie et de gérontologie a diffusé, depuis 2007, près de 3 000 outils de formation (livret, guide pratique, DVD…) aux soins palliatifs et à l’accompagnement de fin de vie, issus du programme « Mobiqual ». L’objectif est aujourd’hui de les adapter aux services de soins à domicile et d’aide à la personne, afin de les proposer, dès la rentrée prochaine, aux professionnels de ces structures.
  • L’absence de possibilité de réaliser des soins infirmiers la nuit constitue un véritable obstacle au maintien du patient en EHPAD. Le gouvernement souhaite diminuer les allers-retours entre les établissements d’hébergement et l’hôpital, qui fragilisent encore davantage les personnes âgées. C’est pourquoi Nora Berra lance une étude, d’une durée de 6 mois, sur la prise en charge des soins palliatifs en EHPAD. Cette étude devra permettre d’établir une comparaison entre les établissements disposant d’une infirmière de nuit, d’astreinte ou exerçant sur place, et ceux qui n’en disposent pas. Réalisée dans les 22 régions de France métropolitaine, elle aura pour objectif principal d’améliorer l’offre de soins palliatifs dans les structures médico-sociales et de diminuer les hospitalisations, grâce aux astreintes d’infirmière la nuit. Chaque agence régionale de santé (ARS) disposera d’une enveloppe budgétaire de 50 000 euros pour mettre en place cette astreinte.
  • Pour favoriser l’intervention des équipes mobiles au sein des établissements médico-sociaux, une circulaire doit être envoyée, « dans les prochains jours », aux ARS et aux directeurs d’établissement. Objectif : mieux organiser les relations entre l’établissement de santé et l’EHPAD.
  • D’ici à la fin de l’année 2010, trois maisons d’accompagnement seront expérimentées, « pour offrir aux patients un lieu qui s’inscrit, au-delà du cadre médical, dans une dimension humaine ». 500 000 euros par an et par maison vont permettre de conduire cette expérimentation pendant deux ans. Coût total de la mesure : 3 millions d’euros, puisés sur les crédits de l’assurance maladie au titre de l’enveloppe nationale des crédits affectés au Fonds d’intervention pour la qualité et la coordination des soins (FIQCS).

Pour en savoir plus :

Téléchargez le document au format pdf Le programme de développement des soins palliatifs 2008-2012

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum