L’avenir des sages-femmes hospitalières en discussion aux ministères

Santé

Délaissées par les procédures de reclassement dues aux applications statutaires du protocole LMD, les sages-femmes veulent voir leur carrière revalorisée.

La carrière des sages-femmes n’a pas été revalorisée depuis plus de dix ans ; les pratiques hospitalières, la formation initiale n’ont également pas été revues. Les sages-femmes et leurs organisations représentatives, syndicales ou autres, se sont mobilisées notamment sur la question salariale, puisque contrairement aux infirmières, au personnel médico-techique dans les hôpitaux, elles ont été les grandes oubliées de la réforme LMD.

Une réunion de concertation a eu lieu le 13 novembre au ministère de la Santé sur la question des rémunérations avec la proposition salariale suivante :

  • la fusion des deux premiers grades (classe normale et classe supérieure) en une seule grille composée de onze échelons et portant la durée théorique de carrière des sages-femmes à 27 ans ;
  • la création d’une nouvelle grille pour les cadres et les cadres supérieurs.

Cette revalorisation serait effectuée en une seule fois (contrairement aux autres professions concernées par le reclassement LMD. L’ensemble des organisations syndicales présente – sauf une – ont refusé ce cadre d’augmentation attribuant un gain indiciaire de 18 à 35 points selon les échelons, le jugeant insuffisant au regard des responsabilités et de l’ « oubli » dans lequel les sages-femmes ont été laissées.

Une deuxième réunion doit avoir lieu le 19 novembre, en présence des ministères de la Santé et de l’Éducation Nationale sur la place des sages-femmes, leurs rôles, leurs missions et positionnements dans le champ sanitaire.

Dans une déclaration liminaire, une organisation syndicale (FO) a posé les points suivants à aborder dans une négociation :

  • Revalorisation salariale significative.
  • Redéfinition de la place des sages-femmes dans le champ de la périnatalité et de la santé génésique des femmes.
  • Participation aux parcours de soins.
  • Renforcement de la place des sages-femmes au sein des instances de l’hôpital (CME, Conseil de surveillance).
  • Reconnaissance de la place des sages-femmes comme profession médicale de premier recours.
  • Coordination de l’activité des sages-femmes par les sages-femmes cadres ou cadres supérieurs.
  • Réaffirmation des missions des sages-femmes.
  • Prise en considération de l’avis des sages-femmes dans le cadre de la définition de la politique de santé.
  • Augmentation des effectifs des sages-femmes hospitalières fixés par le décret sur la périnatalité.
  • Universitarisation pleine et entière de la formation initiale.

La question des salaires et la place des sages-femmes hospitalières dans le dispositif des missions de l’hôpital devront faire l’objet d’un nouveau décret qui sera proposé au Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière. De nouveaux échanges sont donc à venir.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum