L’écart de salaire homme-femme stagne à 580 euros en 2011 dans la FPH

Santé

HOSPIMEDIA – Fin 2011, les établissements publics de santé affichaient un salaire net moyen mensuel à 2 208 euros, avec un distinguo homme/femme respectivement à 2 652 contre 2 072 euros, comme signalé dans le rapport annuel de la fonction publique mis en ligne ce 5 novembre. Soit un écart qui stagne à 580 euros.

Mais ce différentiel homme/femme grimpe à 1 092 euros chez les cadres : 1 126 euros pour les médecins et pharmaciens, 792 euros pour les cadres administratifs et de direction. Au contraire, il reste nettement plus mesuré chez les professions intermédiaires avec 126 euros (soignantes et sociales 105 euros, administratives et techniques 330 euros), tout comme chez les employés et ouvriers avec 51 euros (agents de service et employés administratifs 66 euros, ouvriers 130 euros).

Autre distinguo homme/femme persistant, la proportion de femmes occupant des emplois de direction dans la Fonction publique hospitalière (FPH) reste inférieure à leur part respective dans l’ensemble des catégories, respectivement 45 % contre 77 %. Fin 2011, elles représentaient 40 % des effectifs de Directeurs d’hôpital (DH) : 17 % pour les emplois fonctionnels, 37 % en hors classe, 52 % en classe normale. Chez les Directeurs d’établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux (D3S), elles sont en revanche majoritaires (57 %) : 50 % pour la hors classe et 64 % en classe normale.

Au global, dans la FPH, le salaire net moyen a augmenté de 1,5 % en euros courants sur 2010-2011, soit une diminution de 0,6 % en euros constants. Ce dernier baisse pour les catégories « médecins, pharmaciens, psychologues » (- 2,6 %), « agents de services et employés administratifs » (- 0,6 %) et « professions intermédiaires soignantes et sociales » (- 0,3 %). En revanche, il augmente pour les « professions intermédiaires administratives et techniques » (+ 0,5 %), les « ouvriers » (+ 0,8 %) et les « cadres de direction, d’administration et de gestion » (+ 0,9 %).

Quant aux effectifs, la croissance s’avère « plus marquée » en 2011, + 1,7 % contre 1,3 % en 2010 pour une hausse annuelle moyenne de 1,8 % depuis 2000. Cette augmentation atteint 1,6 % dans les hôpitaux, qui emploient 90 % des agents hospitaliers, où elle s’élève à 1,5 % pour les non-médicaux mais 2 % chez les praticiens. Le nombre de non-titulaires a continué de croître dans la FPH, + 4,3 % depuis 2000, là où l’augmentation des titulaires se limite à 1,3 %. De fait, les non-titulaires représentaient fin 2011 17,2 % des effectifs contre 13,1 % onze ans plus tôt. Autre chiffre, 15 800 bénéficiaires de contrats aidés étaient employés fin 2011 dans la FPH, dont 68 % dans les hôpitaux. Par catégorie, 29 % des hospitaliers relèvent de la A, en hausse de 16 points entre 2000 et 2011, conformément aux requalifications des corps de catégorie B en A. Les agents en C représentent encore un agent sur deux.

Thomas Quéguiner

Tous droits réservés 2001/2013 — HOSPIMEDIA

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum