L’hôpital doit mieux prendre en charge la mort des patients

Santé

Un rapport de l’Igas sur la mort à l’hôpital met en évidence des pratiques très inégales selon les établissements. Les auteurs proposent notamment d’inscrire parmi les missions de l’hôpital le devoir de garantir aux patients une mort respectueuse de leur dignité.

58% des Français meurent aujourd’hui à l’hôpital. Pourtant, « la prise en charge de la mort ne fait pas partie des missions reconnues à l’hôpital ». C’est le constat dressé dans un rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) rédigé par le Dr Françoise Lalande et Olivier Veber.

Les auteurs du rapport analysent la prise en charge des patients par les établissements hospitaliers de la fin de vie jusqu’au départ des corps. L’absence de réflexion globale sur la question, largement occultée, conduit à des pratiques locales très hétérogènes. Seulement 20% des malades qui meurent à l’hôpital bénéficient de soins palliatifs financés ; dans plus de 80% des cas il s’agit de patients cancéreux.

Le rapport formule plusieurs propositions articulées autour de six recommandations :

  • inscrire le devoir de garantir aux personnes une mort respectueuse de leur dignité dans les missions de l’hôpital ;
  • accentuer le rôle de la certification des établissements de soins en ce domaine ;
  • améliorer l’information statistique sur la mort à l’hôpital ;
  • développer les connaissances sur la mort et les morts à l’hôpital ;
  • accompagner le deuil des proches et améliorer la qualité des activités mortuaires ;
  • mener des enquêtes complémentaires sur le thème.

Saluant la qualité de cette étude, la ministre de la Santé a annoncé qu’elle présenterait un plan d’action s’inspirant de ces préconisations au mois de février.

En savoir plus

Le rapport « La mort à l’hôpital »

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum