Martin Hirsch présente son projet de réorganisation de l’Hôtel-Dieu

Santé

Le directeur général des hôpitaux parisiens, Martin Hirsch, a présenté jeudi les orientations pour le nouveau projet de l’Hôtel-Dieu : il propose de rouvrir l’accès aux pompiers amenant aux urgences des patients ne nécessitant pas de soins lourds et d’installer des logements sociaux.

Selon le projet présenté au conseil de surveillance, l’hôpital historique situé au cœur de Paris « recevra en grande majorité des patients ambulatoires (sortie le jour-même de l’hôpital), sans exclure des réponses à des besoins ciblés d’hospitalisation », notamment pour les personnes âgées, la psychiatrie et les soins de rééducation, a indiqué l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) dans un communiqué. Le projet de réorganisation de l’Hôtel-Dieu lancé par la précédente direction s’était heurté à de fortes oppositions d’élus et de syndicalistes, se cristallisant sur le service des urgences. Il avait abouti au départ de la directrice de l’AP-HP, Mireille Faugère, remplacée par Martin Hirsch mi-novembre 2013.

Depuis le 4 novembre, les urgences ont été remplacées par un centre de consultation ouvert 24H/24, n’accueillant que des patients venus par leurs propres moyens. M. Hirsch a annoncé que, lorsque le projet global de régulation des appels d’urgence serait effectif, pompiers et Samu pourraient de nouveau orienter vers l’Hôtel-Dieu « des malades ne nécessitant pas de soins lourds », dans le cadre d’un « fonctionnement bi-sites avec l’hôpital Cochin », qui accueillerait les cas plus lourds. Ceci prendra place dans le cadre de la stratégie d’amélioration des urgences annoncée par l’AP-HP le 10 juin, et qui consiste notamment à mieux réguler en amont les patients appelant le 15.

M. Hirsch a également annoncé que le projet devrait notamment inclure « des logements et des services sociaux ». Il a précisé que les investissements nécessaires au projet, qui doit encore être approuvé par les instances médicales et syndicales, seraient financés par « des cessions fléchées et non par la capacité de financement des autres hôpitaux de l’AP-HP ».

« Nous avons avancé par rapport à un projet qui était immobilier, nous passons à une réflexion plus complète », s’est également félicitée Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l’Usap-CGT, tout en nuançant : « nous sommes toujours en opposition avec la restructuration et à terme la perte de l’ophtalmologie ». La maire de Paris Anne Hidalgo, qui a été élue présidente du conseil de surveillance, remplaçant Jean-Marie Le Guen devenu secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement, a également exprimé sa « satisfaction » devant les évolutions du projet. Elle s’est réjouie dans un communiqué que « les échanges avec les représentants des personnels, la communauté médicale et les élus de Paris aient contribué à ce que le projet réponde davantage aux besoins exprimés par les usagers ».

Lors de ce conseil a été présenté le projet de budget 2014 de l’AP-HP, qui prévoit une réduction de la perte d’exploitation à 51,8 millions d’euros contre 61 millions en 2013.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum