Santé publique : le projet de François Hollande

Santé

François Hollande, élu dimanche dernier à la présidence de la République, souhaite recréer une véritable politique de santé publique. Ses priorités : mieux prévenir, mieux guérir, mieux garantir.

L’hôpital, un service public

Le premier point abordé par François Hollande dans son programme concerne les hôpitaux. Il veut, à travers son programme, « renouer avec l’excellence de notre système de santé et renforcer l’hôpital en le considérant comme un service public et non plus comme une entreprise ». Il juge en effet qu’avec la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires de 2009, Nicolas Sarkozy avait intégré une certaine exigence de rentabilité dans la gestion de ces établissements. Sans sortir complètement du système de la T2A, qui correspond à un financement en fonction du nombre d’actes effectués, François Hollande propose de le modifier : seront également pris en compte les missions sociales des hôpitaux, ainsi que leurs activités.

Garantir l’accès aux soins

L’autre problème majeur du secteur, selon François Hollande, réside dans l’accès aux soins. Certains Français sont dans l’incapacité de consulter librement, tant les tarifs sont élevés et les déserts médicaux répandus. « Je favoriserai une meilleure répartition des médecins par la création de pôles de santé de proximité dans chaque territoire », assure-t-il dans son programme, avant d’ajouter : « Je sécuriserai l’accès aux soins de tous les Français en encadrant les dépassements d’honoraires, en favorisant une baisse du prix des médicaments et en supprimant le droit d’entrée dans le dispositif de l’aide médicale d’État. »

Les autres priorités

Outre la défense du service public et l’accès aux soins, le président élu met un point d’honneur à lutter contre l’obésité des enfants et des adolescents. Une grande partie des postes qu’il souhaite créer au sein de l’Education nationale seront ainsi consacrés à la médecine scolaire. Objectif : dépister au mieux toute surcharge pondérale, ainsi que les troubles sensoriels et les handicaps. François Hollande espère également mettre en place un meilleur accompagnement des personnes souffrant d’une perte d’autonomie. Autre réforme envisagée : une fin de vie « plus encadrée », en proposant que « toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander dans des conditions précises et strictes à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». Reste maintenant à engager les discussions avec les partenaires sociaux et à trouver les financements.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum