Menu actualité

Thématiques

Quand les grands musées font des petits

Publié le 2 décembre 2022 à 9h16 - par

Comme le Louvre, dont l’antenne à Lens fête dimanche 4 décembre 2022 ses dix ans, de prestigieux musées internationaux, du Guggenheim au Centre Pompidou, s’exportent en région ou à l’étranger.

Louvre

Le 4 décembre 2012 est inauguré le Louvre-Lens. Pour accueillir sa première antenne régionale, le plus connu des musées parisiens choisit l’une des villes les plus pauvres de France, en plein bassin minier. L’ouverture a d’ailleurs lieu le jour de la Sainte-Barbe, fête des mineurs.

Cinq ans plus tard, en 2017, ouvre le Louvre Abu Dhabi, dans le cadre d’un accord intergouvernemental entre la France et les Émirats arabes unis. Les œuvres exposées sont prêtées par plusieurs musées français (Pompidou, Guimet, Quai Branly, Orsay…), mais le Louvre est au cœur du projet : il est le premier prêteur et a cédé l’utilisation de sa « marque » pendant trente ans et six mois moyennant une redevance de 400 millions d’euros.

Bâti sur un ancien carreau de mine, le musée du Louvre-Lens, qui fête ses dix ans ce dimanche, s’enorgueillit d’avoir dépassé 5 millions de visiteurs, signe que sa greffe prend dans un territoire longtemps sinistré qui donne des signes de renouveau. 

« La culture, ce n’est pas seulement un supplément d’âme, c’est aussi un moteur économique pour un territoire » : à la veille du week-end anniversaire, la directrice du musée, Marie Lavandier, résume ainsi le pari fou de sa création, au cœur d’un bassin minier laissé exsangue par la fin de l’exploitation du charbon. La priorité du musée est de toucher un public de proximité. Une équipe de 30 médiateurs travaille à surmonter le sentiment d’illégitimité que peuvent ressentir certains habitants, et intervient aussi bien dans des centres commerciaux que dans des écoles.

Pompidou

Avant le Louvre-Lens, c’est le Centre Pompidou qui avait joué les pionniers chez les grands musées français, en ouvrant en mai 2010 son antenne à Metz.

Mais c’est à l’international que le Centre Pompidou est le plus offensif.

Beaubourg inaugure sa première implantation provisoire à Malaga en mars 2015, puis en 2019 une déclinaison à Shanghai au West Bund Art Museum, édifice de près de 25 000 m2 conçu par l’architecte britannique David Chipperfield.

Le Kanal-Centre Pompidou devrait, lui, ouvrir en 2024 à Bruxelles dans un ancien garage Citroën de style Art déco. La même année, le centre d’exposition Centre Pompidou x Jersey City devrait ouvrir dans cette ville située sur la rive ouest du fleuve Hudson, face à Manhattan.

Ces implantations permettent au  Centre de valoriser son savoir-faire et sa collection d’art moderne et contemporain, une des plus importantes avec celle du MoMA à New York. Une source aussi de revenus comparable à celle d’une grande exposition itinérante, mais qui « offre beaucoup plus de prévisibilité et de sécurité financière », expliquait l’un des architectes de cette internationalisation, Serge Lasvignes, président du Centre de 2015 à 2021.

Guggenheim

Avec toutes ses antennes à l’étranger, le Centre Pompidou s’inscrit dans le sillon de la Fondation Solomon R. Guggenheim, propriétaire du Musée du même nom à New York. Celle-ci fut précurseuse en octobre 1997 en inaugurant un musée Guggenheim à Bilbao (Espagne), dans un bâtiment à l’architecture révolutionnaire signée Frank Gehry.

Vingt-cinq ans plus tard, le Guggenheim Bilbao est un succès populaire avec un million de visiteurs en moyenne par an (hors Covid). Il a contribué à transformer l’image de la ville et de la province, devenues des destinations touristiques recherchées.

Animée de grandes ambitions, la Fondation prévoyait d’ouvrir des « Guggenheim » sur d’autres continents, du Mexique à Abu Dhabi. Mais Guadalajara (Mexique) a été abandonné et Las Vegas a fermé en 2008. Restent les Émirats arabes unis : conçu également par Frank Gehry, un Guggenheim doit voir le jour à quelques encablures du Louvre Abu Dhabi sur l’île Saadiyat. Mais son ouverture est sans cesse repoussée.

D’autres exemples

Les musées londoniens ne sont pas en reste. Le prestigieux Victoria & Albert Museum a, depuis décembre 2017, une galerie à son nom dans un musée près de Shenzhen, ville voisine de Hong Kong. Le V&A a aidé à la conception de l’établissement chinois.

Quant à la Tate, elle a créé deux implantations régionales en Angleterre, à Liverpool (1988) et St Ives (1993), et s’en tient là pour l’instant.

Le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg avait depuis 2004 une antenne aux Pays-Bas, qui montait deux expositions par an avec des objets de la collection de l’institution russe. Mais l’Ermitage d’Amsterdam a annoncé en mars dernier rompre ses liens avec la Russie en raison de l’invasion de l’Ukraine.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022