« Futuring Cities » : accélérer la métamorphose urbaine

Développement durable

Les villes du futur utiliseront la multitude de données disponibles pour créer des services innovants. Comme Saint-Étienne, qui teste un système de livraison inspiré de l’organisation d’internet…

En 2050, sept personnes sur dix vivront en ville. Des villes « intelligentes », connectées, où infrastructures, capteurs et données créeront un maillage propice à fournir des services innovants. Associant l’expertise scientifique des chercheurs de l’Institut Mines-Télécom et les connaissances de terrain de différents partenaires, l’initiative « Futuring Cities » vise à accompagner la transition des villes et des territoires de demain (cf. encadré).

Lors d’une journée de conférences organisée par « Futuring Cities », le 15 mai, ont été présentées diverses expériences sur les données et leurs applications pour la ville.

Ainsi, l’agglomération de Saint-Étienne teste, depuis juin 2013, un « centre de distribution urbain » (CDU), qui évite la circulation de camions et de gros véhicules de livraison dans le centre-ville piétonnier : « SimplyCité ».

Les marchandises sont acheminées vers l’entrepôt, situé près de l’autoroute qui relie la commune à Clermont-Ferrand, non loin des plates-formes logistiques des principaux transporteurs, et à trois kilomètres du centre. Les transporteurs nationaux sous-traitent à SimplyCité la livraison aux commerçants et artisans du centre, qui est assurée par des véhicules électriques. Non polluants et silencieux, ils peuvent circuler hors des heures de livraisons habituelles (de 6 h à 11 h), selon des itinéraires de tournée optimisés.

Normaliser conteneurs et routage

Mais ce dispositif coûte cher : 70 à 80 % du budget de fonctionnement du CDU sont liés au transfert de marchandises d’un véhicule à un autre (ruptures de charge). Pour tenter de le développer tout en limitant les coûts, l’agglomération participe à une étude qui vise à organiser les transports de marchandises en s’inspirant des méthodes de transport de l’information sur internet.

Menée avec l’école des Mines de Saint-Étienne, l’école des Mines de Paris et l’université Laval de Québec, cette initiative de « Physical Internet » conduira à normaliser les conteneurs et les techniques de routage. Modulables, démontables, réutilisables, facilement transportables, équipés d’étiquettes RFID et recyclables, les emballages du futur permettraient d’optimiser l’espace dans les camions.

Pour organiser le routage, des « hubs » (centres d’interconnexion), de plus en plus proches de la ville, par lesquels les paquets transiteraient jusqu’au destinataire, éviteraient les multiples trajets. Non seulement, les coûts de livraison diminueraient, mais cette solution aurait aussi des impacts environnementaux et sociétaux.

Martine Courgnaud – Del Ry

 

Les villes peuvent s’associer à l’initiative

La démarche de « Futuring Cities » s’articule autour de trois activités liées à la ville intelligente : un club, ouvert aux collectivités et aux entreprises, des chaires de recherche, et des « city labs » (laboratoires urbains innovants). En coopération avec les industriels, les recherches concerneront les grands sujets urbains : modélisation du quartier et de la ville de demain ; nouveaux services et nouveaux usages ; gestion du risque et de la sécurité ; réseaux urbains d’énergie, de fluide et de communication…

« Futuring Cities » souhaite accélérer l’innovation pour faire émerger des quartiers intelligents. Création, démonstration et expérimentation associeront collectivités, entreprises et citoyens, dont « la complémentarité et l’intelligence collective viseront à {…} accompagner la métamorphose urbaine ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum