Strasbourg : une application sans contact mobile pour les transports en commun

Développement durable

La communauté urbaine de Strasbourg a lancé une application mobile sans contact. Un téléphone compatible permet désormais de voyager et d’acheter des titres de transport.

Depuis le 25 juin, les usagers des transports strasbourgeois peuvent utiliser leur téléphone portable pour acheter et payer leurs tickets, de façon anonyme et sans inscription. Pour cela, il leur suffit de télécharger gratuitement une application mobile sans contact qui fonctionne avec une technologie radio à très courte portée, le « NFC » (« Near Field Communication »).

Valider les titres consiste à approcher le téléphone à deux ou trois centimètres d’une antenne, appelée étiquette ou « tag NFC ». Il existe aujourd’hui trente-six modèles de téléphones mobiles compatibles « NFC », proposés par une dizaine de constructeurs – Apple (« iPhone ») n’en fait pour l’instant pas partie. L’application « U’go » fonctionne sous système Androïd.

L’usager qui achète une carte d’abonnement doit s’identifier pour ouvrir un compte « premium » ; il figure ainsi dans une base de données et, s’il perd son téléphone, il peut bloquer son compte et transférer dans son nouveau mobile ses titres de transport, qui sont stockés dans le système « Sim » de l’opérateur. Ce compte « premium » permet aussi de voyager à plusieurs en validant avec le même téléphone. Aucun besoin d’être connecté à internet pour valider les titres.
 

Éviter de changer le système de billettique

L’opérateur de l’agglomération, la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS), a piloté le projet, qu’il a mené avec la communauté urbaine et la ville de Strasbourg. Neuf mois seulement ont été nécessaires à la sortie de l’application « U’go », grâce à une parfaite coordination des trois partenaires, engagés dans une charte depuis février 2012. « Un délai record », selon Thibaut de Dreuille, délégué général de l’Association française du sans contact mobile (AFSCM), qui regroupe les opérateurs mobiles, les émetteurs d’applications sans contact, les industriels et les prestataires techniques : banques, fabricants de cartes sans contact, créateurs de logiciels…

La solution choisie par l’agglomération strasbourgeoise, qui s’applique aux équipements billettiques existants, pourra être adaptée aux évolutions techniques et aux nouveaux usages. Elle constitue une étape intermédiaire, qui évite pour le moment de changer le système de billettique – il aurait fallu débourser quelque douze millions d’euros. L’application mobile a coûté environ un million d’euros, ce qui devrait permettre à la CTS de fonctionner encore près de cinq ans avec l’infrastructure informatique actuelle, avant de basculer sur une billettique totalement « NFC ».

Quant aux valideurs, qui permettent un passage plus rapide des usagers que les tags, la CTS les adaptera à la technologie « NFC » lorsqu’ils deviendront obsolètes (coût unitaire : 6 000 euros). Les tags utilisés dans l’intervalle coûtent six euros pièce (pour 1 500 tags) et sont extrêmement solides, puisqu’ils ne contiennent pas d’autre technologie qu’une simple antenne radio.
 

La simplicité d’usage pour augmenter la fréquentation des transports

L’application sera déclinée en trois langues (français, anglais, allemand), comme c’est déjà le cas pour toute la communication sur le réseau strasbourgeois. L’agglomération souhaite faciliter la vie de ses usagers, déjà forts nombreux : un quart des habitants sont abonnés à la CTS, et la communauté urbaine comptabilise près de 240 voyages par habitant et par an.

D’autres collectivités pourraient miser sur la simplicité d’usage pour augmenter la fréquentation de leurs transports. À terme, le système de Strasbourg pourra sans doute s’interconnecter avec d’autres réseaux (SNCF, Mulhouse…), ce qui implique de régler au préalable différents problèmes : dispositifs techniques, accords entre autorités de transport, modalités de financement… Signalons que l’agglomération de Caen (Calvados) propose également, depuis mi-juin, une application mobile sans contact « NFC » pour accéder aux transports et aux informations sur les transports, dans un premier temps pour les clients d’Orange.

Martine Courgnaud – Del Ry

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum