Avec la reprise du Covid, les écoliers remettent le masque ce lundi dans 39 départements

Éducation

Les élèves du CP au CM2 remettent le masque à partir de lundi 8 novembre 2021 dans 39 départements où ils l’avaient enlevé, une décision gouvernementale justifiée par la recrudescence de l’épidémie de Covid-19, mais qui risque de faire des déçus.

Annoncé par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le retour du masque à la faveur de la rentrée des vacances de la Toussaint vise « les départements où le taux d’incidence s’est malheureusement restabilisé au-dessus de 50 pour 100 000 habitants ».

Sont concernés par ordre alphabétique l’Ain, les Hautes-Alpes, les Ardennes, l’Aveyron, le Cher, la Corrèze, la Haute-Corse, les Côtes-d’Armor, la Creuse, la Drôme, l’Eure-et-Loir, le Gers, l’Ille-et-Vilaine, l’Indre-et-Loire, l’Isère, le Loir-et-Cher, la Haute-Loire, la Loire-Atlantique, le Lot, le Lot-et-Garonne, le Maine-et-Loire, le Morbihan, la Moselle, le Nord, l’Oise, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Sarthe, la Savoie, la Seine-et-Marne, les Deux-Sèvres, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var, la Vendée et la Vienne.

Dans ces départements, la mesure a été fraîchement accueillie.

« Les enfants l’ont retiré juste deux semaines et ça leur a fait un bien fou, ça les a posés. Du coup, on appréhende forcément un peu », témoigne Marie Gilardot, qui enseigne dans une petite école de trois classes dans la Vienne.

« C’est tout le protocole qui est rehaussé, ça veut dire aussi remettre des périmètres pour séparer les classes dans la cour de récréation, à nouveau pratiquer un non-brassage strict » entre élèves », poursuit cette institutrice membre du syndicat SE-Unsa, « quand les copains sont dans l’autre classe, c’est pas drôle ».

Si le port du masque est rétabli dès lundi, les autres mesures qu’implique le passage au niveau 2 (limitation du brassage, conditions d’organisation des cours de sport…) n’entreront toutefois en vigueur que le lundi suivant, a précisé le gouvernement.

« Pédagogie »

Mais syndicats, directeurs et enseignants s’attendent à de l’incompréhension de la part de certaines familles.

« Les élèves vont être un peu déçus. J’ai déjà demandé aux collègues de commencer lundi par une petite explication sur pourquoi on remettait le masque », explique Laurent Tintet, directeur d’une école élémentaire de 14 classes de la banlieue de Pau (Pyrénées-Atlantiques).

« Mais c’est plus au niveau des parents qu’on risque d’avoir des petits différends à régler, ça risque d’être compliqué avec quelques uns. Il va falloir faire preuve de communication et de pédagogie », poursuit ce directeur. Prudent, il avait attendu confirmation du recul de l’épidémie au début de l’année scolaire avant de changer les règles pour la cour de récréation et les entres dans l’école.

Pour Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, le premier syndicat du primaire, « ces allers-retours risquent de créer de l’instabilité et de l’insécurité dans les écoles ».

Le gouvernement avait annoncé en septembre la fin du port du masque pour les élèves du primaire dans les départements les moins touchés par l’épidémie, où le taux d’incidence était inférieur à 50 cas pour 100 000 habitants pendant cinq jours consécutifs.

Début octobre, 47 départements avaient ainsi pu enlever le masque, suivis par d’autres les semaines suivantes. Au total, le port du masque à l’école avait été levé avant la Toussaint dans 79 départements.

Avec la récente évolution, il devra désormais être porté lundi dans 57 départements métropolitains et quatre territoires ultramarins (Réunion, Guadeloupe, Martinique, Guyane).

Emmanuel Macron doit s’adresser aux Français mardi à 20h00 pour faire le point sur l’épidémie, dont le sursaut se confirme à la faveur de la baisse des températures, d’une vaccination qui plafonne et du relâchement constaté des gestes barrières.

« En France, nous constatons une reprise légère à ce stade mais certaine », a relevé vendredi 5 novembre Gabriel Attal.

Jeudi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est alarmée du rythme « très préoccupant » de transmission du Covid-19 en Europe.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article