Menu actualité

Thématiques

Actualité

École : le nouveau protocole sanitaire déjà amendé

Publié - par

Jeudi 6 janvier au soir, le ministère de l’Éducation nationale a de nouveau modifié le protocole sanitaire applicable dans les établissements scolaires.

École : le nouveau protocole sanitaire déjà amendé

Face à la propagation fulgurante du variant Omicron et aux difficultés de mise en œuvre du protocole sanitaire conçu pour la rentrée du 3 janvier 2022, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a annoncé, jeudi 6 janvier au soir, de nouvelles modifications du protocole applicable dans les écoles, les collèges et les lycées. À l’issue d’une réunion avec les partenaires sociaux, Jean-Michel Blanquer a donc annoncé une mise à jour de la Foire aux questions (FAQ) accessible en ligne sur le site du ministère. Celle-ci est censée apporter les réponses aux questions sur les modalités pratiques mises en place dans les écoles, collèges et lycées, en situation Covid-19, pour les élèves, les familles et les personnels.

Dans la FAQ mise à jour, sont notamment précisés :

  • Les modalités d’accueil des enfants de soignants, « essentiels à la gestion de la crise sanitaire », avec la liste détaillée des professions concernées ;
  • Le fait que les cas intrafamiliaux ne font plus l’objet de consignes particulières ;
  • La gestion des cas « perlés » : le fait qu’un élève réalise à J2 ou J4 un autotest positif n’implique pas de dépister à nouveau toute la classe ;
  • La possibilité de recourir à des tests antigéniques en cas d’indisponibilité temporaire des autotests en pharmacie ;
  • L’allègement des tâches des directeurs et chefs d’établissement avec la suspension de la transmission des listes de cas contact aux caisses primaires d’assurance maladie (CPAM) et la fin des objectifs quantitatifs pour les campagnes salivaires, celles-ci pouvant toutefois être poursuivies en accord avec les Agences régionales de santé (ARS) et en fonction de la disponibilité des laboratoires ;
  • Le recrutement d’un emploi de contractuel ou de vacataire par circonscription pour renforcer l’accompagnement des directeurs d’école (appui à la relation aux familles et à la gestion du dépistage dans le cadre du nouveau protocole…). Les médiateurs de lutte anti-Covid (LAC) dédiés aux campagnes de dépistage par tests salivaires pouvant également être mobilisés pour cet accompagnement.

Autre annonce : l’Éducation nationale a commandé 55 millions de masques chirurgicaux afin d’équiper les personnels des écoles et des établissements scolaires. Les premières livraisons sont attendues « dès la mi-janvier ». Ces mesures n’ont toutefois pas calmé la colère des syndicats d’enseignants. En effet, la grande majorité d’entre eux appellent à la grève nationale jeudi 13 janvier dans les écoles, collèges et lycées.

« La situation depuis la rentrée de janvier engendre une pagaille indescriptible et un sentiment fort d’abandon et de colère parmi les personnels des écoles », dénonce le Snuipp-FSU. Le syndicat regrette notamment que, lors de la réunion sanitaire du 6 janvier, le ministre soit « resté sourd, une nouvelle fois, aux exigences portées par les organisations syndicales pour sécuriser l’école ». Le Snuipp-FSU exige « de revoir le protocole, avec, notamment, le retour à la règle protectrice – un cas positif = fermeture de la classe -, l’isolement des cas contacts intrafamiliaux et une politique de tests préventifs hebdomadaires salivaires systématiques ».

Du côté du second degré, le Snes-FSU, premier syndicat dans les collèges et les lycées, regrette que des mesures « notoirement insuffisantes ». « Quelques jours après la rentrée, les collèges et les lycées sont déjà au bord de la rupture : vies scolaires submergées par la gestion des absences et des cas contacts, professeurs non remplacés, demi-pension en mode dégradé, absence de capteurs de CO2, impossibilité d’aérer correctement les salles… », alerte le syndicat.