Favoriser l’insertion professionnelle des jeunes filles issues des ZEP

Éducation

En signant une convention avec le programme Capital filles, l’État veut élargir l’horizon professionnel des jeunes filles issues des ZEP et des zones rurales.

Le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de l’Enseignement supérieur ont signé, fin avril, une convention avec le programme Capital filles, qui réunit six grandes entreprises (Alcatel-Lucent, l’Oréal, Orange, Société générale, STMicroelectronics et Vinci). Objectif : favoriser l’insertion professionnelle des jeunes filles issues des zones d’éducation prioritaire (ZEP) et des zones rurales.

Présent dans 11 académies – Aix-Marseille, Créteil, Grenoble, Lille, Lyon, Nancy-Metz, Nice, Paris, Rennes, Strasbourg, Versailles – Capital filles est un programme qui intervient dès la seconde générale et technologique, jusqu’en fin de BTS ou DUT. Et ce, sous deux formes :

  • Des ateliers collectifs pour faire découvrir aux élèves les entreprises de l’intérieur, les métiers d’avenir et les formations ;
     
  • Du tutorat individuel, assuré par une « marraine », qui aide l’élève à construire son projet professionnel, à rechercher son premier emploi.
     

À ce jour, 35 lycées et 43 centres de formation en alternance (CFA) et IUT sont partenaires de cette initiative. Pour l’année scolaire 2011-2012, plus de 300 marraines volontaires sont mobilisées et plus de 900 jeunes filles auront intégré le programme fin juin 2012 », précise le ministère de l’Éducation nationale.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum