Internats : une solution pour les élèves défavorisés ?

Éducation

C’est ce que les IG disent à travers un rapport intitulé « Modalités d’intégration des internats d’excellence dans une politique renouvelée des internats au service de la réussite éducative des élèves » et publié sur le site ministériel le 25 juillet 2013.

Quelques chiffres

À la rentrée 2012, on recensait 45 internats d’excellence de plein exercice et 679 places labellisées*, dont 608 publics. Au total, 12 128 places étaient proposées, soit plus de 60 % de l’objectif fixé initialement, à savoir 20 000 places. Le taux d’occupation était de 91 % en internats d’excellence et de 68 % en places labellisées. 75 % des internes sont lycéens (LGT et LP), 13 % des étudiants scolarisés en lycée et 12 % des collégiens. Les internes représentent 4,4 % de la population scolaire du second degré public et privé.

L’investissement global s’élève à 625 111 789 €, dont 387 559 581 € (soit 62 %) financés par le PIA, programme d’investissements d’avenir, et 237 552 208 €, par les collectivités territoriales (soit 38 %).

Les constats

  • Parmi les internes, une sous-représentation des PCS défavorisées (sauf quelques exceptions) et cela « alors que les textes font de l’internat, depuis plusieurs années, l’un des dispositifs favorables à l’égalité des chances et à la réussite pour tous ».
  • La faible part de l’internat en collège public.
  • Un taux de remplissage des places offertes insatisfaisant.
  • Seul un petit pourcentage des collégiens et des lycéens (220 000) est concerné.

Les préconisations

Les auteurs du rapport recommandent d’augmenter le nombre de places d’internat dans les territoires les plus importants pour la politique de la ville (académies d’Aix-Marseille, Créteil, Lille, Lyon et Versailles).

En outre, la mission fixe trois objectifs à une « politique renouvelée de l’internat » :

  • « proposer dans tous les internats des conditions d’étude et un encadrement pédagogique et éducatif propices à la réussite de tous les élèves et étudiants » et « doter tous les établissements scolaires hébergeant des internes d’un projet d’internat »,
  • « rendre prioritaire et effectif l’accueil à l’internat des publics socialement défavorisés »,
  • « diversifier et cibler les réponses pédagogiques et éducatives, notamment pour les élèves éloignés de la réussite scolaire ou dont les conditions de vie ne sont pas propices à leurs études et à leur épanouissement ».

Elle propose enfin d’élargir la palette des internats en alternant les « classiques » et d’autres à projet spécifique comme les internats relais à projet sportif par exemple.

*Seuls l’Auvergne, la Bretagne, Midi-Pyrénées, le Poitou-Charentes et La Réunion continuent à recourir uniquement aux places labellisées.

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum