L’ESS éduque dès le plus jeune âge à l’égalité hommes/femmes

Éducation

Selon un récent rapport, l’économie sociale et solidaire (ESS) est au cœur des stratégies de sensibilisation à l’égalité entre les femmes et les femmes à tous les âges de la vie.

Dans son rapport triennal 2021-2024 sur « L’égalité femmes-hommes dans l’ESS », remis au gouvernement le 21 octobre 2021, le Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire salue le rôle joué par l’économie sociale et solidaire (ESS) dans l’éducation et la sensibilisation à l’égalité entre les femmes et les hommes. Et ce, dès le plus jeune âge. De fait, l’ESS est partie intégrante de la communauté éducative française en accueillant des enfants en crèche, en entretenant des liens étroits avec l’Éducation nationale et en animant largement le temps périscolaire. L’ESS est donc « très présente dans le champ de la petite enfance et de l’éducation, où elle agit pour l’égalité des chances et la citoyenneté », insiste le rapport. Avec 352 800 emplois, l’enseignement est ainsi le cinquième secteur de l’ESS. Elle représente plus des trois quarts (78 %) de l’emploi privé dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, et 40 % des crèches en France, dont deux tiers des crèches privées.

L’ESS accueille tous les publics et a un rôle de premier plan d’accompagnement à tous les âges : petite enfance, périscolaire, loisirs, sport, éducation populaire… « Les organisations associatives, mutualistes et coopératives sont des acteurs incontournables de la petite enfance et de formidables lieux de prévention », pointe le rapport. Les crèches parentales, par exemple, abordent des problématiques comme la protection de l’environnement, l’alimentation durable, le développement des liens intergénérationnels… A l’instar de ces grands sujets, la question de l’égalité entre les femmes et les hommes peut donc être abordée dès la petite enfance, comme le montre le programme Égalicrèche, initié par l’association toulousaine Artemisia. Les associations d’éducation populaire, quant à elles, sont particulièrement présentes localement, au plus près des territoires. Elles militent pour le développement des personnes et de leur communauté dans un objectif d’émancipation et d’épanouissement. Le sujet de l’égalité entre les femmes et les hommes est au cœur de leurs principes, leurs valeurs et leur mission.

Toutes les organisations de l’économie sociale et solidaire jouent un rôle essentiel dans le développement de la conscience citoyenne des personnes et de leur propre émancipation, dès le plus jeune âge, répètent les auteurs du rapport. La question de l’égalité entre les femmes et les hommes doit y être portée à tous les âges, dans tous les domaines et toutes les actions déployées. Le rapport cite plusieurs exemples, dont le plan d’action déployé par la Coop Petite Enfance. Basée à Vaux-en-Velin (Rhône), cette société coopérative d’intérêt collectif a en effet mis en place, en 2018, un plan d’action autour de l’égalité filles-garçons et la mixité professionnelle. Ce plan a pour objectif de réfléchir aux pratiques professionnelles de chacun et leur impact sur le renforcement des stéréotypes de genre dans un contexte sectoriel extrêmement féminisé. « La mixité des personnels dans l’accueil, l’éducation et le soin des enfants quel que soit leur âge est un facteur d’égalité entre les deux sexes, car elle offre aux enfants des modèles et des relations socialement plus riches dans un monde constitué d’hommes et de femmes. Elle doit être encouragée à tous niveaux, dans l’orientation scolaire et professionnelle, la formation, le recrutement », cite le rapport.

Posté le par

Recommander cet article