Le gouvernement prépare la rentrée scolaire

Éducation

Le ministre de l’Éducation nationale et la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont présenté au Conseil des ministres du 22 juin une communication relative à la rentrée scolaire et universitaire.

Le gouvernement veut « bâtir l’école de la confiance. » La première rentrée du quinquennat sera marquée par « un nouvel état d’esprit, l’école de la confiance : l’école a confiance en ses élèves et fait confiance à ses professeurs », assurent en chœur Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal. Pour symboliser ce « nouvel état d’esprit », la rentrée 2017 se fera « en musique » grâce aux orchestres et chorales scolaires chargés d’accueillir les nouveaux élèves.

Les mesures portées par le président de la République pendant la campagne « entrent en application pour favoriser la réussite des élèves, avec une attention spécifique aux plus fragiles », affirment les deux ministres. Ils ont concocté « 4 mesures pour bâtir l’École de la confiance. » Au-delà de l’assouplissement de la réforme du collège et de l’organisation des rythmes scolaires, focus sur deux mesures promises par Emmanuel Macron et sur l’accompagnement des élèves en situation de handicap.

Dédoubler des classes de CP en REP +

À la rentrée 2017, « l’effort sera concentré là où c’est le plus nécessaire », pose le ministère de l’Éducation nationale. Ainsi, dans les classes de cours préparatoire (CP) des réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP +), le nombre d’élèves sera limité à 12 maximum. 2 500 classes de CP des REP + seront ainsi dédoublées ». L’enjeu est d’agir au plus tôt pour combattre efficacement la difficulté scolaire », explique le ministère. À la rentrée 2018, les classes de CP en RP et de CE1 en REP + et REP seront, à leur tour, progressivement dédoublées, selon les annonces du gouvernement.

L’objectif global affiché est « 100 % de réussite en CP », en garantissant, pour chaque élève, l’acquisition des savoirs fondamentaux : lire, compter, écrire, respecter autrui. « C’est la mesure la plus importante prise en faveur de l’éducation prioritaire depuis la création des ZEP en 1981 », se félicite le ministère de l’Éducation nationale. Le dédoublement des classes de CP en REP + ne signifie pas, pour autant, la suppression du dispositif « Plus de maîtres que de classes ». Hors REP +, ce dispositif va être recentré sur les niveaux CP/CE1 pour lesquels il a été créé. Les deux dispositifs seront évalués durant l’année scolaire 2017-2018.

Instaurer le programme « devoirs faits »

Le travail personnel contribue à la réussite de la scolarité des élèves, rappelle le ministère de l’Éducation nationale. Toutefois, les devoirs peuvent être « une source d’inégalité entre les enfants et pèsent souvent sur la vie de famille », constate-t-il. Le programme « devoirs faits » va donc proposer aux collégiens volontaires un soutien gratuit après la classe. Ce dispositif commencera à compter des vacances d’automne. Son déploiement dans les écoles et les collèges sera progressif sur les rentrées 2018, 2019 et 2020. L’objectif du gouvernement est de s’appuyer sur les expériences qui fonctionnent, notamment dans l’éducation prioritaire, et de mobiliser l’ensemble des acteurs susceptibles de concourir à cette ambition :

  • Enseignants volontaires rémunérés en heures supplémentaires
  • Réorientation de l’action des assistants d’éducation au collège
  • Recours au service civique et aux associations qui interviennent déjà sur ce champ (via une labellisation par ministère de l’Éducation nationale)
  • Mobilisation de retraités et d’étudiants
  • Mobilisation de la réserve citoyenne de l’Éducation nationale.

La scolarisation des enfants handicapés

L’accompagnement des enfants en situation de handicap fait, également, l’objet « d’une attention particulière », en lien étroit avec la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées. Le gouvernement annonce tout mettre en œuvre pour « apporter des solutions garantissant une rentrée scolaire fluide pour les enfants concernés en septembre 2017 ». Parallèlement un chantier de rénovation de l’accompagnement sera lancé pour éviter les ruptures de parcours : « tous les enfants qui en ont besoin devront avoir accès à l’accompagnement adapté leur permettant une scolarité et un accès aux activités périscolaires ou extrascolaires comme les autres. »

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum