Le soutien scolaire privé : un marché juteux !

Éducation

Un rapport commandé par la Commission européenne et rendu public le 30 mai 2011 révèle que l’industrie du soutien scolaire privé rapporte toujours plus. Elle crée des emplois en nombre croissant mais offre aussi, pour des enseignants du public, un moyen de compléter leur salaire.

Le marché du soutien scolaire est en pleine ascension et pour cause ; des intérêts économiques seraient en jeu. Ainsi le rapport The Challenge of Education : Private tutoring and its implications for policy makers in the European Union avance que « cela semble être l’une des raisons pour lesquelles les gouvernements comme les syndicats tendent à éluder le sujet ». Si l’on y ajoute le fait que dans le cas d’allègements fiscaux auxquels donnent droit ces cours, ce sont les familles les plus aisées qui en profitent, cela montre la complexité politique du dossier.
C’est pourquoi « de nombreux décideurs politiques et planificateurs préfèrent éviter les décisions difficiles en ignorant le phénomène et en l’abandonnant aux forces du marché ». En France, ce secteur est estimé en 2007 à 2,210 milliards d’euros et connaîtrait une croissance d’environ 10 % chaque année.

Un recours hétérogène au soutien scolaire privé selon les pays

Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi c’est dans le sud de l’Europe que l’on constate un fort taux de recours à cette pratique ; il en va de même pour les États membres du centre et de l’est. Les pays nordiques sont bien moins concernés. Le rapport avance l’hypothèse que ces derniers sont particulièrement reconnus dans toutes les enquêtes internationales sur l’efficacité de leur système éducatif public, ce qui peut expliquer la moindre nécessité à recourir au soutien scolaire. Une réflexion qui mériterait sûrement d’être creusée et affinée par l’Éducation nationale française, non ?

Le coût à charge pour les familles

Le coût horaire varie selon les pays : par exemple, 33 euros de l’heure en Belgique pour le cours (plus le remboursement du transport du tuteur et plus 75 euros par famille pour l’inscription), 30 euros environ en France (avec une réduction d’impôt de 50 %), 15 euros au Portugal.

Les raisons du recours au soutien scolaire privé

On constate que certains pays, pourtant bien classés en termes de résultats scolaires, connaissent un recours important au soutien scolaire privé. Pourquoi ? Il semblerait que la dimension de compétition et la pression des examens expliquent en partie cette demande. Ainsi, l’étude précise qu’ « en Europe occidentale, la compétition imposée par la société, la course aux résultats scolaires, la préparation intensive des examens et la pression transmise aux familles ainsi qu’aux enfants ont davantage contribué à l’expansion d’une éducation parallèle ».

Le recours au soutien privé améliore-t-il les résultats scolaires ?

Selon le rapport, non seulement il ne représente pas de valeur ajoutée pédagogique mais il serait aussi contre-productif. Ainsi, il avance que les cours privés « encouragent le bachotage en mettant l’accent sur les sujets d’examen passés et en se bornant à donner des conseils sur les questions probables et à inculquer des stratégies pour répondre aux questions dans les limites de temps imposées ».

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum