Les derniers aménagements prévus pour le baccalauréat 2021

Éducation

Le ministre de l’Éducation nationale vient d’annoncer des aménagements supplémentaires pour les épreuves terminales du baccalauréat général et technologique et du baccalauréat professionnel.

À la suite d’échanges du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports avec les organisations syndicales et les représentants lycéens élus au Conseil supérieur de l’éducation (CSE), Jean-Michel Blanquer a décidé, le 5 mai 2021, d’aménagements supplémentaires pour les épreuves terminales du baccalauréat général et technologique et du baccalauréat professionnel. Les épreuves se tiendront bien aux dates prévues et selon les modalités précédemment arrêtées. À savoir :

  • L’épreuve écrite de philosophie, le 17 juin 2021 ;
  • L’épreuve du grand oral, du 21 juin au 2 juillet 2021 ;
  • Les épreuves anticipées de français en classe de première le 17 juin (épreuves écrites) et du 21 juin au 2 juillet (épreuve orale).

« Pour l’ensemble des épreuves terminales, des consignes de bienveillance seront transmises aux jurys, au regard des circonstances particulières de cette session », a répété le ministre.

Aménagements pour l’épreuve écrite de philosophie

L’épreuve de philosophie comportera finalement quatre sujets au choix, au lieu de trois : un sujet d’explication de texte philosophique et trois sujets de dissertation (au lieu de deux habituellement). Chaque exercice portera sur une des notions au programme.

Lors de la publication des résultats, sera prise en compte pour chaque candidat la meilleure des deux notes qu’il aura obtenues entre la note de l’épreuve terminale et la moyenne annuelle obtenue dans le cadre du contrôle continu en philosophie. « Ainsi, aucun candidat ne sera lésé du fait des conditions de préparation à l’épreuve et l’implication de chacun sera considérée à sa juste mesure », assure Jean-Michel Blanquer.

Aménagements pour l’épreuve du grand oral

La première édition du grand oral est maintenu, malgré l’opposition de nombreux lycéens et professeurs. « En tant qu’aboutissement d’un parcours, cette épreuve évalue des compétences essentielles, en particulier la maîtrise d’une parole personnelle, structurée et argumentée, la capacité à déployer avec clarté et conviction une réflexion, à dialoguer et à débattre, à adopter une distance critique par rapport aux savoirs acquis et à son projet de formation », soutient le ministère. Toutefois, face à la diversité des états de préparation des élèves à cette nouvelle épreuve, plusieurs aménagements sont mis en œuvre pour cette session 2021 :

  • Lors de la première partie de l’épreuve, consistant en un exposé de 5 minutes, chaque candidat pourra disposer des notes qu’il aura saisies lors de sa préparation de 20 minutes ;
  • Pendant la deuxième partie de l’épreuve, consistant en un entretien, le candidat pourra recourir à un support, comme un tableau, pour y illustrer ou expliciter ses propos (pour y poser une équation, y esquisser une carte…) ;
  • Enfin, chaque candidat présentera au jury un descriptif, visé par ses professeurs d’enseignements de spécialité et par la direction de son établissement, avec les points du programme qui n’auront éventuellement pas pu être étudiés.

Aménagements pour les épreuves anticipées de français

Au mois de janvier, un premier aménagement avait été effectué, avec une réduction importante du nombre de textes attendus : 14 dans la voie générale (au lieu de 20 textes), 7 dans la voie technologique (au lieu de 12 textes). En outre, concernant l’épreuve écrite de français, tous les sujets seront dédoublés.

Pour la voie générale, deux séries de 3 sujets de dissertation seront donc proposés (chaque sujet de dissertation étant en rapport avec une des œuvres au programme) et deux commentaires sur deux objets d’étude distincts. Pour la voie technologique, deux commentaires et deux contractions de textes, chacune suivie d’un essai, seront également proposés.

Concernant l’épreuve orale de français, de nouveaux aménagements sont ajoutés :

  • Sur le descriptif de chaque candidat, seront mentionnés les points du programme qui n’auront pas pu être abordés, notamment les points de grammaire qui n’auraient pas pu être étudiés précisément ;
  • Avant le début de la préparation de l’épreuve, les examinateurs choisiront parmi les 14 textes (voie générale) ou les 7 textes (voie technologique) deux textes. L’élève pourra choisir lui-même entre ces deux textes celui sur lequel il sera interrogé ;
  • Pour la seconde partie de l’épreuve, les candidats pourront consulter et utiliser l’œuvre étudiée en lecture cursive, afin de circuler dans l’œuvre, faire référence à un passage précis, et ainsi démontrer leur maîtrise de l’œuvre lue.

Les épreuves du baccalauréat professionnel

Les calendriers des épreuves du certificat d’aptitude professionnelle (CAP) et du baccalauréat professionnel demeurent inchangés :

  • Les épreuves écrites du CAP se dérouleront le 7 juin 2021 (français, prévention, santé et environnement, mathématiques et physique-chimie) et le 8 juin 2021 (langues vivantes, arts appliqués et cultures artistiques) ;
  • Les épreuves écrites du baccalauréat professionnel se tiendront le 16 juin 2021 (français, histoire-géographie et enseignement moral et civique), le 17 juin 2021 (prévention, santé et environnement, économie-droit et économie-gestion) et le 18 juin 2021 (arts appliqués et cultures artistiques).

Les épreuves terminales des enseignements généraux du baccalauréat professionnel sont donc maintenues. Toutefois, seules les deux meilleures notes seront retenues au titre de ces épreuves pour la délivrance du diplôme. L’épreuve orale de présentation du chef-d’œuvre en CAP est également maintenue. « Elle incarne la spécificité de la voie professionnelle avec l’association des matières générales et professionnelles et permet aux candidats de présenter le fruit de leur travail », insiste le ministère. Pour les contrôles en cours de formation, tous les candidats concernés doivent passer au moins un contrôle en cours de formation (CCF). Lorsqu’un ou plusieurs CCF ont déjà réalisés, les candidats concernés sont dispensés des autres CCF.

Le protocole sanitaire applicable lors des examens

Les centres d’examens implantés dans des établissements scolaires seront soumis au protocole sanitaire applicable aux écoles et établissements scolaires, rappelle le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Afin d’accueillir les candidats dans le strict respect des mesures sanitaires, le port du masque chirurgical ou grand public ayant une capacité de filtration de 90 % (ex catégorie 1) sera obligatoire pour tous. Des masques seront proposés aux candidats qui n’en ont pas. En cas de refus du port du masque, l’accès aux locaux d’examen sera refusé.

Un nettoyage des mains au gel hydroalcoolique sera systématiquement demandé à chaque entrée et sortie de salle. Enfin, pour limiter les brassages, une signalétique sera installée pour dissocier les flux et matérialiser la distanciation physique d’un mètre. Les consignes sanitaires seront affichées et rappelées aux candidats à leur arrivée et avant le début des épreuves.

Pour les épreuves orales, les candidats devront présenter leur pièce d’identité aux examinateurs sans contact et émarger avec leur propre stylo. Enfin, une attention particulière sera apportée aux candidats en situation de handicap. « Ces consignes, ainsi que les dates programmées des examens, peuvent être modifiées en fonction de l’évolution de la situation sanitaire du pays », prend soin de préciser le ministère.

Posté le par

Recommander cet article