Les instits mécontents de la réforme des rythmes scolaires selon leur premier syndicat

Éducation

Les professeurs des écoles sont en général « mécontents » de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, selon une enquête publiée mercredi par leur premier syndicat, le SNUipp-FSU, qui demande la suspension de la généralisation de la réforme et une réécriture du décret.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

La réforme des rythmes scolaires, qui marque le retour à la semaine de 4,5 jours en primaire, est effective depuis cinq mois dans 17 % des communes et doit s’appliquer partout ailleurs à la rentrée 2014. Le SNUipp-FSU a lancé un questionnaire et a analysé deux types de réponses, celles de 3 568 professeurs des écoles dont l’école applique la semaine de 4,5 jours depuis septembre 2013, et celles de 3 906 écoles parmi les 39 000 qui doivent l’appliquer à la rentrée 2014. Le syndicat en a tiré un « contre-rapport », en réponse à un rapport du Comité de suivi de la réforme (dans lequel le SNUipp-FSU est représenté) qui stipule que les acteurs des communes pionnières « expriment le plus souvent leur satisfaction et un large accord sur l’intérêt de la réforme », selon le texte dont l’AFP a eu copie.

Selon le « contre-rapport » du syndicat, 75 % des enseignants estiment que leurs conditions de travail se sont dégradées, proportion qui monte à 84 % quand le conseil d’école n’a pas été consulté sur la construction de l’emploi du temps de la semaine. Parmi les griefs : « partage non concerté des salles de classe » avec les animateurs des activités péricolaires, « multiplication des réunions pour réguler les transitions périscolaires » sur leur temps personnel, temps de concertation entre enseignants déplacés au mercredi après-midi ou en soirée… Seuls 22 % des enseignants qui ont répondu voient une amélioration pour l’apprentissage des élèves. Un « sentiment de gâchis prédomine », selon le syndicat, pour lequel « les leçons de 2013 n’ont pas été tirées » pour 2014.

Le syndicat demande la suspension de la généralisation de la réforme prévue à la rentrée 2014 et « une réécriture totale du décret », avec la possibilité de dérogations comme deux mercredis sur trois travaillés, « 4 jours avec rattrapage sur les vacances d’été » ou « 5 jours avec un nombre d’heures identiques par jour ». Lundi, la fédération de parents d’élèves Peep avait aussi souhaité dans un communiqué « une réécriture du texte prenant en considération la diversité des territoires français et la volonté des acteurs de terrain ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :

Weka formation

Réforme des rythmes scolaires :
Assurer et optimiser le financement de son nouveau projet périscolaire


Objectifs :

  • Anticiper les impacts financiers de la réforme en termes organisationnel et budgétaire.
  • Optimiser le redéploiement des ressources existantes.
  • Solliciter de nouveaux financements extérieurs.
  • Maîtriser les différentes politiques tarifaires envisageables.
  • Établir une nouvelle politique tarifaire adaptée liant justice sociale et équilibre budgétaire.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum