Baisse de l’encadrement des activités périscolaires : Peillon reste sur sa position

Éducation

Vincent Peillon a annoncé mardi à l’Assemblée nationale que la baisse des taux d’encadrement des activités périscolaires, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, serait maintenue, malgré un rejet du projet de décret par le Conseil d’État.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Le projet de décret prévoit, pendant une durée de cinq ans, un animateur pour 14 enfants âgés de moins de six ans (contre 10 enfants actuellement) et un animateur pour 18 enfants âgés de six ans et plus (au lieu de 14 actuellement). Cette baisse avait été demandée par les collectivités locales pour alléger le poids financier de la réforme. « Malgré la décision de la section sociale du Conseil d’État (de rejeter le projet de décret, ndlr), nous garderons ce même taux d’encadrement périscolaire, celui que nous avions choisi d’adopter après consultation des collectivités locales, et c’est bien celui-là qui fonctionnera », a déclaré le ministre, interrogé par le député Francis Vercamer (UDI, Nord), lors de la séance des questions d’actualité.

Le Conseil d’État « ne s’est pas prononcé sur le fond et, sur la forme, nous recherchons avec lui les moyens de permettre cela (la baisse temporaire des taux d’encadrement) dès la rentrée », a ajouté M. Peillon. Le ministre a indiqué qu’il recevrait jeudi « une dernière fois les associations d’élus pour leur présenter le décret que nous avons préparé ». « Je pourrai donner des instructions dès la semaine prochaine », a-t-il conclu.

Le temps presse pour les communes qui ont décidé d’appliquer dès la rentrée 2013 le retour à la semaine de 4,5 jours dans le primaire. Cela concerne près de 1,5 million des 6,6 millions d’écoliers français, dont environ 5,7 millions dans le public. La réforme est facultative pour le privé sous contrat. Les communes pouvaient, par dérogation, attendre la rentrée de 2014. Leur choix a été souvent dicté par le coût financier que représente la mise en place de la nouvelle semaine, lié au transport scolaire, à la cantine, au recrutement d’animateurs formés ou encore à l’organisation d’activités culturelles et sportives.

Par ailleurs, M. Vercamer a fait part du « doute (qui) reste complet quant aux modalités de participation des Caisses d’allocations familiales au financement des temps d’activités périscolaires », demandant au ministre des « garanties » sur leur contribution. « C’est une affaire de rumeurs, la Caisse nationale d’allocations familiales prend pleinement sa responsabilité », a assuré M. Peillon.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Pour en savoir plus :

Livre blanc

Définir le projet périscolaire d'un territoire communal

Téléchargez

Structuré à partir du projet éducatif local (PEL) lorsqu’il existe, le projet périscolaire fixe les orientations vers lesquelles l’accueil de l’enfant doit tendre sur tous ces temps « périphériques », autour de l’école. Il ne peut se limiter à un catalogue d’actions ou d’activités, et ne se confond pas avec les modalités pratiques d’organisation.

Le projet est d’autant plus difficile à élaborer, et d’autant plus nécessaire, que ces temps sont souvent hétérogènes, que les intervenants auprès des enfants sont variés (de l’animateur à l’enseignant, de l’ATSEM à l’agent de service ou à la cantinière) et que les responsabilités peuvent y être confuses.

Le projet périscolaire est également complexe à poser parce qu’il peut recouvrir différents modes d’accueils des enfants (garderie, restauration scolaire, étude surveillée, accueil de loisirs associé à l’école…), mais aussi parce qu’il ne peut se construire sans de forts partenariats : celui de l’Éducation nationale d’abord, dont l’accompagnement éducatif vient souvent percuter – voire déstabiliser – les dispositifs existants ; celui des associations périscolaires ensuite, et notamment celles qui interviennent dans le champ de l’accompagnement à la scolarité ; celui des familles enfin, qui sont les premières intéressées par le suivi éducatif de leurs enfants.

Pourquoi élaborer un projet périscolaire ? Quelle est la place des personnels dans ce projet ? Outre l’Éducation nationale, quels sont les autres partenaires indispensables pour mettre en œuvre ce projet ?… Retrouvez toutes les réponses à vos questions en téléchargeant gratuitement la fiche « Définir le projet périscolaire d’un territoire communal ».

Cette fiche extraite du service documentaire L’action éducative en pratique vous est offerte par les Éditions Weka.


Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :  

Weka formation

Conduire la réforme des rythmes scolaires dans sa commune : quels projets pour quels financements ?


Objectifs :

Sciences-Po Lille et WEKA Formation vous proposent ce cycle de formation afin de vous accompagner dans la réorganisation de votre politique périscolaire et vous aider à mettre en place des solutions concrètes et adaptées à votre territoire.

3 modules de formation à la carte ou en format cycle afin de :

  • Décrypter les enjeux de la réforme des rythmes scolaires pour sa commune
  • Construire ou rénover le projet périscolaire municipal
  • Gérer le partenariat local dans un temps contraint
  • Développer une offre éducative dans un environnement financier dégradé

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum