Les syndicats FSU du primaire et secondaire en tête, mais en baisse

Éducation

Les syndicats FSU du primaire et du secondaire restent en tête, mais reculent aux élections à l’Éducation nationale : le SNUipp cède 3,83 points à 44,28 % chez les professeurs des écoles, tandis que le Snes perd la majorité absolue chez les certifiés et les agrégés et FO progresse, selon des sources syndicales.

Toujours deuxième, le SE-Unsa a recueilli 25,06 % des voix dans le primaire, devant FO, très hostile à la réforme des rythmes, qui grimpe de 4 points à 13,40%, le Sgen-CFDT (6,22 %) et SUD (4,66 %). La composition de la Commission administrative paritaire nationale (CAPN) des professeurs des écoles reste inchangée : 6 sièges pour le SNUipp-FSU, 3 pour le SE-Unsa, 1 pour FO.

Dans le secondaire, le Snes-FSU recule d’environ 6 points à la fois chez les certifiés (44,38 %) et les agrégés (44,63 %), perdant un siège dans chaque CAPN, tandis que FO en gagne un. Le SNUipp-FSU, avec 800 voix de moins qu’en 2011, est « largement en tête » avec un écart de 20 points et plus de 30 000 voix devant le SE-Unsa, a déclaré à l’AFP Sébastien Sihr, secrétaire général du premier syndicat du primaire. Ce vote « nous confirme comme première organisation incontournable » et « me conforte dans le projet pour l’école qui conjugue réussite des élèves et amélioration de la condition enseignante ».

M. Sihr est « admiratif de ceux qui ont déjà les clés expliquant le scrutin », alors que celui-ci nécessite « une analyse fine »: son syndicat progresse dans certains départements, baisse dans d’autres. « On reste de très loin la première organisation », a déclaré Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Snes-FSU, qui « perd la majorité absolue ». « Quand on regarde à qui le vote profite, ce n’est pas aux syndicats qui ont accompagné la politique gouvernementale de façon très forte », a-t-elle dit, citant le bloc « réformiste » SE-Unsa/Sgen-CFDT. 

On observe « une poussée d’organisations comme FO » traduisant  « un mal-être de la profession, qui se sent très dévalorisée, a le sentiment que les choses ne bougent pas, qui avait beaucoup d’espoirs sur ce gouvernement, sur les conditions de travail et les salaires », toujours gelés. « La FSU se fait tailler des croupières, FO vient manger une partie de l’électorat », selon Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa. Dans le primaire, son syndicat gagne environ 2 000 voix alors que le soutien à la réforme des rythmes « aurait pu nous mettre en difficulté ».

Pour le Sgen-CFDT, après deux ans de refondation de l’école, « les équilibres changent (…) au profit d’organisations qui poussent au paroxysme le discours conservateur, le Snalc et FO ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum