Partenariat sur la qualité de vie personnelle et professionnelle

Éducation

Un accord-cadre a été signé le 20 février 2014 entre le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et la mutuelle générale de l’Éducation nationale. Il a été publié au BO du 3 avril 2014.

Ensemble, le MENSR et la MGEN mènent des actions multiformes à travers des dispositifs de promotion de la qualité de vie au travail, des formations mais aussi des études et des recherches. Ce travail en commun vise notamment la promotion de la santé et du bien-être au travail des personnels de l’Éducation nationale et l’accompagnement social des personnels actifs ou retraités.

Les réseaux PAS consistent à mettre en œuvre localement des actions collectives et/ou individuelles d’aide et de suivi des personnels. Entre autres, elles permettent de contribuer à la formation des personnels, notamment les personnels de direction, d’inspection et d’encadrement.

Une nouveauté : des études ciblées

Le MENSR et la MGEN vont mettre en place des études spécifiques autour de 3 cibles spécifiques de personnels :

  1. ceux qui entrent dans le métier d’enseignant (néo-titulaires particulièrement)
  2. les enseignants en fin de carrière (et l’optique de la retraite)
  3. les professeurs de lycées professionnels dont on connaît l’exposition importante aux complications de santé (public difficile, contraintes d’exercice, machines dangereuses…)

Ces recherches seront conduites par la DEPP (côté Ministère) et la Fondation d’entreprise MGEN pour la santé publique (FESP).

L’accompagnement social

Il tourne autour de 3 thématiques :

  1. l’information des agents sur la connaissance de leurs droits sociaux ;
  2. les dispositifs de soutien aux agents en situation de perte d’autonomie (prestations pour des équipements spéciaux, réservation de places en centres de vacances pour les enfants en situation de handicap ; aide financière pour la solvabilisation de la tierce personne, participation à la réservation de lits ou de places dans le secteur médico-social) ;
  3. le recours et l’aide aux financements des techniciennes d’intervention sociale et familiale ou d’aides ménagères à domicile.

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum