Prévenir les dérives sectaires, une priorité pour l’Éducation nationale

Éducation

Dans le cadre de la prévention et de la lutte contre les dérives sectaires, le ministère de l’Éducation nationale rappelle que ses personnels doivent être particulièrement vigilants face aux situations de « privation des chances de s’instruire ».

Dans la la circulaire n° 2012-051 du 22 mars 2012, le ministère précise que « le diagnostic d’un risque ou d’un phénomène sectaire doit être établi avec une grande prudence ». La première étape pour un fonctionnaire est de consulter la liste des signaux permettant de repérer les situations à risques. Parmi eux figurent l’isolement, la désocialisation, les atteintes physiques, un changement important dans le comportement ou encore, l’absence d’expression autonome.

Les personnels de l’Éducation nationale ont ensuite l’obligation de dénoncer ces crimes ou ces délits, au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale, et ce quelles que soient les modalités de l’instruction dispensée aux enfants. Il peut s’agir d’écoles et d’établissements d’enseignement français, publics et privés sous contrat, situés en France ou à l’étranger ; de classes d’enseignement privé hors contrat ; ou d’instruction dans les familles. Ce sont d’ailleurs ces cas-là qui sont les plus exposés, les enfants et adolescents concernés n’ayant que peu de contacts avec l’extérieur.

Le ministère rappelle enfin qu’« un correspondant chargé de la prévention contre les dérives sectaires existe auprès de chaque recteur ». Il intervient en son nom, par délégation, au sein de l’académie. S’il y a soupçon, les informations ainsi recueillies doivent être transmises au président du conseil général ou au procureur, les services de l’Éducation nationale n’ayant pas la possibilité de saisir directement le juge des enfants.
 

Pour aller plus loin :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum