Restauration dans les lycées : l’initiative innovante de la région IDF

Éducation

L’Île-de-France entame une véritable révolution dans les cantines de ses lycées dès septembre 2014.

Repenser l’organisation en misant sur une tarification plus juste, davantage de produits locaux et moins de gaspillage alimentaire, voilà la réforme dans laquelle la Région Île-de-France s’est engagée et qui prendra effet dès la prochaine rentrée scolaire. C’est la première région à généraliser ce mode de tarification unique basée sur les ressources des familles pour un égal accès des lycéens et des lycéennes à la demi-pension. 471 établissements publics franciliens sont concernés et à travers eux 270 000 demi-pensionnaires.

Le tarif pèse sur l’accès à la restauration scolaire

Jusqu’à aujourd’hui, il existait pas moins de 1 500 tarifs différents pour déjeuner dans les cantines scolaires d’Île-de-France, sur l’ensemble des huit départements, avec des écarts allant jusqu’à 2,30 euros entre le ticket le moins cher et le plus cher en 2013 (de 2,76 à 4,05 euros). Une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme parue en 2011 a mis en évidence le fait que les lycéens issus des classes populaires étaient moins nombreux à être demi-pensionnaires que les autres. D’où la conclusion tirée par la Région : il existe bien un « réel facteur tarifaire dans l’accès à la restauration scolaire ». Par conséquent, une expérimentation a été menée dans sept lycées pilotes en 2011-2012 et 2012-2013 à travers la mise en œuvre d’une tarification tenant compte de la structure familiale et du niveau de revenus des familles.

Les impacts de la réforme des tarifs des cantines des lycées

Comme voté par le Conseil régional, le 14 février 2014, sur une période de 4 ans, tous les lycées adopteront donc désormais le même tarif, dont la base de calcul s’établira à partir du quotient familial. L’expérimentation initiée est donc bien généralisée, dans les quatre années à venir, à tous les établissements publics de la région. Les deux premiers départements concernés à la rentrée 2014-2015 sont la Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise qui cumulent 114 lycées.

La nouvelle grille de tarification sera composée de 10 tranches, avec un tarif plancher à 1,50 euro et un tarif plafond à 4 euros, en fonction du seuil du quotient familial CAF mensuel.

Au-delà des tarifs

La réforme entreprise dépasse le strict cadre tarifaire. Elle se veut plus globale avec l’objectif de « favoriser une plus grande qualité nutritionnelle et gustative des repas servis ». Un partenariat est notamment prévu avec le ministère de l’Agriculture pour promouvoir et encourager les bonnes pratiques alimentaires, au travers de dispositifs comme « Plaisir à la cantine » ou le Programme national nutrition santé.

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum