Rythmes scolaires : à Lyon, école mercredi matin et temps périscolaire vendredi après-midi

Éducation

La ville de Lyon a annoncé mercredi avoir réussi à organiser la réforme des rythmes scolaires qui verra, à compter de septembre 2014, les écoliers travailler le mercredi matin, tandis que le temps périscolaire sera regroupé le vendredi après-midi, avec un recrutement de 700 animateurs supplémentaires.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

 La mise en place du nouvel emploi du temps scolaire, qui concerne un peu plus de 37 000 élèves de maternelle et primaire à Lyon, a pu se faire grâce au nouveau décret paru le 8 mai introduisant les assouplissements prévus par le nouveau ministre de l’Éducation, Benoît Hamon, a précisé lors d’une conférence de presse Anne Brugnera, maire-adjointe chargée de l’Éducation. Les écoliers auront donc classe, comme auparavant, les lundi, mardi et jeudi, de 8h30 à 11h30, puis de 13h30 à 16h30. Ils auront en plus école le mercredi matin de 8h30 à 11h30 tandis que les trois heures de temps périscolaires seront regroupées le vendredi après-midi de 13h30 à 16h30. « Il aurait été très difficile de recruter des animateurs et d’organiser des locaux tous les jours de la semaine, pour 45 minutes de temps périscolaire, tandis qu’avec les vendredis après-midi nous pourrons proposer de vraies activités, avec un directeur de centre le loisirs par groupe scolaire. Il y aura un gain qualitatif très important », s’est félicitée Mme Brugnera.

Le coût global du temps périscolaire est estimé à 15,9 millions d’euros en année pleine, dont 3,6 millions d’euros d’aides de la Caisse d’allocations familiales (CAF) ; 8,7 millions d’euros de la ville de Lyon ; environ 1 million de l’État (seulement jusqu’en 2015) et 3 millions d’euros des parents. La participation des familles se fera en fonction des quotients familiaux, donc des revenus, soit de 2 euros à 19 euros par mois.

L’encadrement de la pause de midi sera par ailleurs renforcée par la présence d’animateurs supplémentaires auprès des enfants. En tout, 1 600 animateurs seront mobilisés, dont 700 restent à recruter pour la rentrée, a précisé l’adjointe. Tout en maintenant cinq matinées de classe hebdomadaires, le « décret complémentaire » autorise notamment des semaines de huit demi-journées au lieu de neuf, pour regrouper les trois heures d’activités périscolaires sur un après-midi.

Le président de l’opposition municipale, l’UMP Michel Havard, s’est indigné dans un communiqué de cette annonce dévoilée « à la presse avant même d’en informer les conseillers municipaux, les adjoints à l’éducation des 9 arrondissements et les communautés éducatives ». « Gérard Collomb est le maire qui refuse la concertation et le dialogue », a accusé Michel Havard, candidat malheureux aux dernières municipales.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :

Weka formation

Réforme des rythmes scolaires :
Optimiser l’organisation administrative et financière
de son projet périscolaire


Objectifs :

Modalités de mise en œuvre de votre nouveau projet périscolaire

  • Anticiper les impacts financiers de la réforme en termes organisationnel et budgétaire
  • Adapter l’organisation administrative à l’offre de service modifiée
  • Maîtriser les différentes politiques tarifaires envisageables
  • Établir une nouvelle politique tarifaire adaptée liant justice sociale et équilibre budgétaire
  • Optimiser le redéploiement des ressources existantes et solliciter de nouveaux financements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En téléchargement gratuit pour approfondir ce sujet, Weka vous propose :

Livre blanc

Rythmes scolaires : l'expérimentation des 4,5 jours à l'école Sanquer, à Brest (2009-2013)

Téléchargez

Comment financer la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, comment organiser les temps et les espaces, comment recruter et former les personnels d’animation, comment réorganiser les transports scolaires, la cantine…, autant de questions qui ont dicté le choix de 80 % des communes d’attendre la rentrée de 2014 pour appliquer la réforme des rythmes scolaires.

Petit retour en arrière. En 2008, Xavier Darcos annonce le retour à la semaine de 4 jours. À Brest, au bout d’une année, les élus locaux emmenés par le maire de la ville proposent l’expérimentation de la semaine de 4,5 jours à l’occasion d’une réunion bilan. L’école élémentaire Sanquer et le Patronage laïque répondent à cette proposition. Vote unanime du conseil d’école mais seulement 51 % des parents y étaient favorables. L’expérimentation de la semaine de 4,5 jours débute donc à l’école Sanquer en septembre 2009. Elle concerne 7 classes, soient 170 élèves.

Ce dossier de la collection « Les Focus Weka » offert gracieusement consacre les témoignages des principaux partenaires : concertation, échange, confiance, enthousiasme, savoir-faire en sont les mots-clés. Avec comme unique et constante préoccupation, le bien-être des enfants.

Au sommaire de ce numéro :

  • Entretien avec Marc Sawicki, adjoint au maire en charge de la politique éducative locale, à Brest
  • Entretien avec Yann Guével, adjoint au maire en charge des équipements socio-culturels et du patrimoine, à Brest
  • Entretien avec Philippe Le Bian, directeur de l’école élémentaire Sanquer, à Brest
  • Entretien avec Patrick Belloeil, responsable du Patronage laïque municipal Sanquer
  • Entretien avec Paul Monnoyer, responsable du projet éducatif local de Brest
  • Pour en savoir plus

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum