Un « robot lycéen » unique en France expérimenté en Rhône-Alpes

Éducation

Un « robot lycéen », unique en France et destiné à remplacer en classe les élèves absents, sera expérimenté à partir de la rentrée prochaine dans trois lycées de Rhône-Alpes, ont annoncé mardi le rectorat et le conseil régional.

Ce tube sur roulettes, surmonté d’une tête blanche équipée d’une caméra et percée de deux globes, « permet à l’élève de se télétransporter dans la classe« , a assuré Bruno Bonnell, fondateur de la société Awabot chargée du projet. À la différence d’une simple retransmission, le robot se déplace et peut participer au cours. Sur commande de l’élève, immobilisé chez lui ou à l’hôpital, il « assure une forme de présence », souligne Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes.

Cet engin « rustique » car destiné aux lycéens, selon Bruno Bonnell, sera testé en trois exemplaires répartis dans trois lycées, La Martinière-Montplaisir à Lyon, Claude Fauriel à Saint-Étienne et Joseph Marie Carriat à Bourg-en-Bresse (Ain). Pendant deux ans, jusqu’à la rentrée 2016, il s’agira d’améliorer l’interface logicielle, explique M. Bonnell. Comment animer ce robot sans bras pour lui faire « lever la main » ? Faut-il qu’il bouge pour qu’on ne l’oublie pas ? À quel point doit-il être robuste ? Pour un coût total de 490 000 euros, il s’agit aussi de stimuler l’innovation dans les 300 entreprises « directement impliquées dans la robotique en Rhône-Alpes », selon M. Queyranne, et d’intéresser les élèves au sujet. « Cent pour cent des étudiants qui se formeront à la robotique trouveront un travail ! », promet ainsi Bruno Bonnell, ancien président d’Infogrames et Atari, PDG de la société Robopolis et chantre de la « robolution ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum