Les quatre priorités du président Lebreton, réélu à la tête de l’Assemblée des départements

Élus

Suite aux dernières élections cantonales, l’Assemblée des départements s’est réunie pour élire son président, son bureau et ses différentes commissions exécutives et thématiques. L’occasion pour Claudy Lebreton, reconduit à la tête de l’association des départements, de rappeler quatre priorités d’actualité : finances, dépendance, numérique et prochaines échéances présidentielles.

Claudy Lebreton, président du conseil général des Côtes d’Armor depuis 1987, a été réélu à la tête de l’Assemblée des départements de France (ADF) lors de son assemblée générale de renouvellement. Celle-ci a réuni, à Paris le 11 mai, l’ensemble des 102 présidents de conseils généraux de France et d’Outre-mer. Porté à la tête de l’ADF pour la première fois en 2004, Claudy Lebreton avait été reconduit dans cette fonction en 2008 à l’issue des élections cantonales qui avaient vu la gauche remporter 58 départements contre 42 à droite. Les élections cantonales des 20 et 27 mars 2011 ont conforté cet ancrage à gauche des conseils généraux avec désormais 61 départements (contre 40 pour la droite).

L’assemblée générale a également procédé au renouvellement des instances de l’ADF : Bureau, Commission exécutive et commissions thématiques. Le bureau de l’ADF est élu pour trois ans et est composé de 30 membres. La Commission exécutive compte, en plus du président de l’ADF, 8 présidents issus du Bureau. Les commissions thématiques sont au nombre de 12, chacune présidée par un président de conseil général membre du Bureau.

« Ma priorité d’action porte d’emblée sur le débat concernant la loi de finances pour 2012 et le PLFSS (ndlr : projet de loi de finance pour la Sécurité sociale), bien entendu avec le concours de nos parlementaires de l’ADF au nombre de 45 désormais. Des solutions existent et vous les connaissez : une part de CSG, l’affectation de la totalité des crédits de la CNSA au financement de l’APA et de la PCH, des dotations de l’État,… », a lancé le président Lebreton. Il a notamment cité en référence la récente étude de l’agence Standard and Poor’s estimant que « face à la pression des dépenses sociales » qui pèse sur les conseils généraux, le gouvernement n’a pour le moment apporté que de simples « pansements budgétaires ». Il a également rappelé la question prioritaire de constitutionnalité préparée par l’ADF et récemment transmise au Conseil constitutionnel par le Conseil d’État.

« Mon deuxième objectif réside dans l’élaboration de notre contribution lors du débat sur la dépendance auquel nous sommes appelés à participer » a-t-il poursuivi. 55 propositions issues des Assises de l’autonomie et de la dépendance, organisées avant les cantonales, devraient aboutir à la présentation d’une synthèse, lors de la Journée nationale de restitution prévue le 20 mai prochain à l’Assemblée nationale.

« Ma troisième priorité portera sur le numérique […] Il faut une instance pour le débat territorial sur la question du déploiement des outils et qui, sinon nos associations, peuvent porter ce débat… », a-t-il ajouté. L’ADF a en effet été choquée par la composition du tout nouveau Conseil national du numérique (CNN) « qui a toutes les allures d’un syndicat d’entreprises ». Le CNN ne réunit en effet aucun élu local, ni parlementaire comme cela avait pourtant été préconisé par Pierre Kociusko-Morizet dans le rapport de préfiguration de cette nouvelle instance à laquelle seront désormais soumis les projets de loi du secteur des technologies de l’information et de la communication.

Enfin, quatrième priorité : avec l’Association des région (ARF) et celle des maires de France (AMF) concourir à « l’élaboration d’une plate-forme à destination des candidats à l’élection présidentielle ». Cette plateforme s’appuierait sur le travail mené dans le cadre de la commission sénatoriale présidée par Claude Belot avec le concours de Jacqueline Gourault et d’Yves Krattinger et aussi sur des « états généraux de la décentralisation, des services publics, de la fiscalité ».

« Les départements sont des espaces modernes d’innovation, de développement et de solidarité. C’est là que s’inventent de nombreuses politiques de proximité, que se conceptualisent les notions de développement durable, des économies du futur, des solidarités d’aujourd’hui et de demain », a conclu le président Lebreton. Il continue à ainsi appeler à construire les départements du 21e siècle qui « ont leur place et toute leur place aux côtés de la commune et de »la région, aux côtés de l’État et de l’Europe sans oublier le monde ».

Alan Kerhel

Consultez le rapport d’étape du Sénat sur la réorganisation territoriale

Photo : groupe majoritaire de l’ADF

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum