Chômage : pari perdu pour le président de la République

Emploi

Face à la promesse non réalisée du chef de l’État d’inverser la courbe du chômage avant la fin de l’année qui vient de s’achever, le gouvernement préfère désormais parler d’une « quasi-stabilisation du chômage fin 2013 ».

Avec un nombre de demandeurs d’emploi en augmentation de + 0,3 % au mois de décembre (+ 10 200 en catégorie A, personnes sans aucune activité), les chiffres du chômage pour l’ensemble de l’année 2013 font apparaître une progression de + 177 800 (soit + 5,7 % en catégorie A). Telle est la dure réalité des chiffres, révélés le 27 janvier par le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. Une réalité qui vient contredire la promesse, maintes fois répétée, du président de la République d’inverser la courbe du chômage fin 2013.

« L’année 2013 aura été marquée par un net mouvement d’amélioration, qui ressort clairement d’une analyse par trimestre (moyenne mensuelle sur le trimestre), plaide néanmoins le ministère, à la lecture des derniers chiffres. Cette amélioration globale au cours de l’année permet une quasi-stabilisation du chômage fin 2013 ». « L’inversion de la courbe du chômage pour l’ensemble des classes d’âge ne s’est pas encore réalisée sur le dernier trimestre, même si nous en sommes très proches », veut croire le gouvernement.

Du mieux pour les jeunes

Pour les jeunes, l’inversion de la courbe du chômage est effective depuis maintenant huit mois, se félicite le ministère. De fait, le nombre de jeunes inscrits à Pôle emploi a baissé de – 2 300 en décembre 2013 et de 25 000 environ sur les huit derniers mois. « Il y a désormais moins de jeunes au chômage qu’au début de l’année 2013 », peut afficher le gouvernement.

« C’est un résultat très significatif, fruit d’une intense mobilisation pour l’emploi des jeunes depuis 20 mois, qu’illustre bien un programme comme les emplois d’avenir. Cette mobilisation ne fléchira pas en 2014 et la priorité à la jeunesse s’affirmera plus que jamais : il y va du moral et de l’avenir du pays », assure le ministère.

Léger mieux pour les adultes de 25 à 50 ans

Chez les adultes entre 25 et 50 ans, l’inversion est également « amorcée » au 4e trimestre 2013 : – 1 200 demandeurs d’emploi en trois mois. « C’est un premier pas modeste, mais encourageant, qu’il faut amplifier et inscrire dans la durée en 2014 », avance avec prudence le ministère.

« L’inversion de la courbe du chômage est donc une réalité manifeste pour les chômeurs de moins de 50 ans, qui représentent 78 % des demandeurs d’emploi (catégorie A) », insiste le gouvernement, comme pour se rassurer.

Dégradation pour les plus de 50 ans

Les personnes de 50 ans et plus « subissent, plus que les autres, une situation de l’emploi encore tendue », constate le ministère. Ainsi, au 4e trimestre 2013, le nombre de demandeurs d’emploi de 50 ans et plus en catégorie A a progressé de + 7 100 chaque mois, après + 4 900 par mois au 3e trimestre, contre + 6 200 par mois au 2e trimestre.

Résultat, pour l’ensemble de l’année 2013, près de la moitié de la hausse totale du chômage (46 %) concerne cette classe d’âge, a calculé le ministère. « Cela rend d’autant plus nécessaire d’activer davantage la mobilisation des actions les concernant. Ce sera l’un des sujets à discuter avec les partenaires sociaux dans le cadre du futur « Pacte de responsabilité » », annonce-t-il.

« Les politiques de l’emploi déployées avec énergie portent leurs fruits et ont suppléé en 2013 au dynamisme insuffisant de l’activité et de l’emploi marchand, affirme un ministère adepte de la méthode Coué. En 2014, tout en poursuivant une politique de l’emploi extrêmement intense, c’est l’ensemble du tissu économique qu’il faut mettre plus fortement en mouvement pour soutenir la croissance et inverser durablement la courbe du chômage pour les demandeurs d’emploi de tous les âges ».

 

Weka vous propose de découvrir :

 

Livre blanc

Les emplois d'avenir

Téléchargez

La loi n° 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d’avenir est entrée en vigueur le 1er novembre 2012 dans les collectivités territoriales.

Ce dispositif a pour ambition d’inciter, par la voie d’aides publiques, les employeurs du secteur non marchand à recruter des jeunes peu qualifiés afin de leur donner une première expérience professionnelle.

Comment se définit un emploi d’avenir ? Quelle est la nature de ces contrats ? Quelles sont les spécificités de gestion des agents en emploi d’avenir ? Quel est le régime des aides versées aux employeurs ?

Découvrez les réponses à ces questions en téléchargeant gratuitement la fiche intitulée « Les emplois d’avenir ».

Cet extrait du nouveau service documentaire Statut et Carrières des agents territoriaux vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum