Contrats de plan État-Régions 2014-2020: Jean-Marc Ayrault donne le coup d’envoi

Emploi

Jean-Marc Ayrault a donné le coup d’envoi de la préparation des contrats de plan État-Régions 2014-2020, en recevant mercredi 11 septembre à Matignon les présidents de conseils régionaux, une réunion qui « s’est assez bien passée », selon ceux-ci.

Ces contrats arrêtent les projets stratégiques qui devront être menés à terme dans les six ans à venir. La génération 2007-2013 comportait un engagement de crédits de 29,5 milliards d’euros.

Aucune indication n’a été donnée par le Premier ministre aux présidents de région, qui ne demandaient toutefois pas d’engagements financiers fermes à ce stade, sur les enveloppes pour la nouvelle génération de contrats. Sur ce point, M. Ayrault a apporté « des réponses pas explicites », selon Jacques Auxiette (PS, Pays de la Loire).

Cinq grandes priorités ont été retenues, indique un communiqué de Matignon : « enseignement supérieur et recherche ; innovation ; filières d’avenir et l’usine du futur ; couverture du territoire en très haut débit et développement des usages du numérique ; transition écologique et énergétique ; mobilités multimodales ». « Ces orientations doivent toutes contribuer à la priorité de l’emploi », ajoute le communiqué.

« On apprécie à sa juste valeur l’initiative du Premier ministre » de réunir les présidents de région pour lancer le processus, a déclaré à la presse Alain Rousset (Aquitaine, PS), président de l’Association des régions de France (ARF). « Le gouvernement a parfaitement intégré que c’est autour de ce couple État-Régions qu’on règlera les problèmes du développement économique, de l’emploi et de la formation, des transports… », a ajouté M. Rousset, qui voit d’un mauvais œil la montée en puissance des métropoles appuyée par Jean-Marc Ayrault.

« En même temps, on sent que la régionalisation n’est pas la préoccupation » du gouvernement, a nuancé plus tard le président de l’ARF. Cette négociation s’ouvre avec, « en toile de fond, la question lancinante » des moyens, a affirmé M. Auxiette. L’État est engagé dans la recherche d’économies budgétaires quasiment partout tandis que, selon M. Rousset, « les régions sont la seule collectivité dont les ressources baissent ». Or, en juillet, le gouvernement a reporté une réforme des recettes fiscales régionales réclamée à grands cris par les élus régionaux.

D’autre part, les interrogations à l’ARF sur des velléités de l’État de faire participer les régions à l’entretien des routes ont été dissipées. « On a expliqué au Premier ministre que les Régions ne financeront pas les routes. Ce n’est pas un sujet de conflit », a déclaré Alain Rousset. Selon ce dernier, lors de la réunion, Jean-Marc Ayrault « a confirmé que le deuxième projet de loi sur la décentralisation viendrait en discussion début 2014 au Sénat ». Ce texte porte principalement sur les compétences des régions.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum