S’adapter aux mutations économiques sans passer par la case chômage

Emploi

Le gouvernement vient d’annoncer la création de treize plateformes d’appui aux mutations économiques.

Le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Michel Sapin, et son ministre délégué à la Formation professionnelle et à l’Apprentissage, Thierry Repentin, ont annoncé, le 11 mars, la création de treize plateformes d’appui aux mutations économiques.

Ces plateformes sont mises en place dans des territoires où le tissu économique est en forte mutation. Avec un double objectif : aider les TPE/PME à renforcer leur compétitivité et les salariés à s’adapter sans passer par la case chômage.

Treize territoires sont concernés par ce dispositif : Grand Lille ; façade maritime de la Seine Maritime ; Aerospace Valley ; territoire de la LGV Sud Europe Atlantique ; Métropole francilienne ; zone d’emploi de Saint-Nazaire ; Marseille Provence Métropole ; Moselle Est ; Allier ; Vallée de l’Arve ; Bassin de Lacq-Orthez et d’Oléon-Mauléon ; Tricastin ; aire urbaine de Belfort/Héricourt/Montbéliard.

« Dans ces territoires, où l’emploi et les métiers évoluent rapidement, il est essentiel de coordonner l’intervention des différents acteurs (État, régions, entreprises, organisations professionnelles et syndicales, OPCA et OPACIF…) pour aider les entreprises à anticiper ces changements et les salariés dont l’emploi est fragilisé à préparer leur évolution professionnelle », indiquent les deux ministres.

Les plateformes délivreront donc une offre de service intégrée autour de deux objectifs principaux :

– Permettre aux TPE/PME de mieux anticiper les évolutions économiques pour s’y adapter et avoir toujours un temps d’avance ;

– Sécuriser les parcours professionnels des salariés par l’adaptation de leurs compétences ou la préparation de leur reconversion, en évitant qu’ils passent par une période de chômage.

Pour ce faire, seront mis en commun des moyens d’information, d’accompagnement, de bilan de compétences, de construction de projets professionnels, de formation, de reclassement, de validation des acquis, de mutualisation des ressources humaines, d’appui RH et de gestion des âges et des compétences pour les TPE/PME, énumèrent les deux ministres.

Certaines plateformes auront pour fonction première d’accompagner les mutations sectorielles, comme à Saint-Nazaire avec le naval, l’aéronautique et l’Énergie Marine Renouvelable. D’autres viseront essentiellement le soutien à des filières en difficulté et les reconversions vers des filières en développement. C’est le cas pour l’aire urbaine de Belfort/Héricourt/Montbéliard, avec la mise en place de passerelles vers la filière énergie ou les métiers de l’horlogerie, dans un territoire marqué par les difficultés de l’automobile.

Enfin, l’anticipation des conséquences de projets structurants, comme la Ligne Grande Vitesse Sud Europe Atlantique, sera également au cœur de certains dispositifs. L’enjeu étant dans ce cas d’assurer le repositionnement des salariés occupés sur le chantier de la LGV en les préservant du chômage.

« Avec près de 14 millions d’euros engagés, dont 4 millions d’euros de l’État, c’est un nouvel outil dans l’arsenal de la bataille pour l’emploi et la compétitivité qui est mis à disposition des entreprises et des salariés », ont conclu Michel Sapin et Thierry Repentin.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum