Des médiateurs pour prévenir les violences et le harcèlement scolaire

Jeunesse

Le réseau France Médiation annonce le déploiement de son projet « Médiateur à l’école » dans 60 quartiers prioritaires de la politique de la vie.

À l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, organisée le 5 novembre par le ministère de l’Éducation nationale, le réseau France Médiation a annoncé le déploiement du projet « Médiateur à l’école » dans 60 quartiers prioritaires de la politique de la ville. À partir de la fin de l’année 2015, 60 médiateurs sociaux interviendront ainsi dans 120 établissements (écoles et collèges). Le projet devrait toucher environ 50 000 élèves. Intégrés à plein temps aux équipes éducatives, ces médiateurs sont employés par des associations locales de médiation sociale. Leurs missions sont les suivantes :

  • développer les comportements citoyens et une culture du dialogue et de la tolérance chez les élèves ;
  • prévenir et lutter contre les violences et le harcèlement scolaire ;
  • prévenir et lutter contre l’absentéisme et le décrochage.

Expérimentée entre 2012 et 2014, l’intervention de ces médiateurs a fait l’objet d’une évaluation scientifique menée par le LIEPP de Sciences Po. L’étude montre « un fort impact de l’action des médiateurs sur l’amélioration du climat scolaire au collège », notamment :

  • une diminution de 11 % du sentiment de harcèlement au collège. L’impact est particulièrement bénéfique pour les élèves les plus vulnérables : baisse de 46 % du harcèlement et de 90 % du cyber harcèlement chez les garçons de 6e ;
  • une amélioration du bien-être psychologique et de la sociabilité des enfants ;
  • une baisse de la tolérance à la violence et une plus grande mobilisation des élèves et des équipes ;
  • une diminution des absences chez les élèves de 6e et dans les équipes éducatives ;
  • une intensification de la relation École-famille.

Le projet repose sur plusieurs caractéristiques, permettant d’aborder de manière globale les problématiques de violences et de ruptures scolaires. À savoir :

  • l’intervention à temps plein de professionnels de la médiation sociale sur 1 site scolaire composé d’1 collège et d’1 école, pour un travail de prévention dans la durée ;
  • le périmètre d’intervention du médiateur, couvrant aussi bien l’intérieur des établissements que leur environnement (abords des établissements, trajet école-domicile, quartier) et touchant l’ensemble des acteurs de l’Éducation (personnels des établissements, élèves, familles, acteurs associatifs et institutionnels du quartier) ;
  • le travail de liaison entre l’école et le collège, que les médiateurs incarnent et qu’ils alimentent ;
  • la complémentarité des missions du médiateur avec celles des professionnels des établissements (CPE, assistante sociale, infirmière, surveillant) ;
  • la position spécifique du médiateur, à la fois tiers extérieur employé par une association de médiation sociale et intervenant professionnel intégré au fonctionnement des établissements.

Le projet est soutenu par le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, le ministère de l’Éducation nationale, le CGET, le Comité interministériel de prévention de la délinquance et la Fondation AG2R La Mondiale.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum