Plan jeunes : une solution pour « plus de 2 millions » de jeunes en un an, selon Élisabeth Borne

Jeunesse

Le plan jeunes, lancé il y a un an face à la crise, a « rempli sa mission » en aidant « 2 millions de jeunes », a affirmé jeudi 8 juillet 2021 la ministre du Travail Élisabeth Borne, rappelant que des arbitrages sont attendus « prochainement » sur la future « garantie jeunes universelle ».

Doté de « 9 milliards d’euros sur les années 2020-2021 », ce plan baptisé « un jeune, une solution » mobilise une palette de dispositifs pour aider les jeunes à trouver une formation, un emploi, une mission de service civique, un contrat aidé ou un accompagnement pour les plus éloignés de l’emploi.

« Un an après le lancement de ce plan, nous pouvons dire qu’il a porté ses fruits. Plus de deux millions de jeunes ont bénéficié d’une des solutions du plan depuis juillet dernier », a déclaré la ministre lors d’une conférence de presse bilan, en présence notamment de la ministre déléguée Brigitte Klinkert (Insertion) et de quelques jeunes bénéficiaires.

Ce chiffre recense « les aides à l’embauche, les aides à l’apprentissage, les différents types de parcours » comme la garantie jeune ou la formation, a précisé Mme Borne.

Elle a notamment souligné que « 800 000 jeunes éloignés de l’emploi sont entrés dans un parcours d’insertion sur mesure entre août 2020 et mai 2021 », comme l’accompagnement intensif jeune (AIJ, 200 000 personnes) ou la garantie jeunes (121 000).

« Tous ces dispositifs constituent le socle de la garantie jeunes universelle sur laquelle nous travaillons et dont les arbitrages seront rendus prochainement », a souligné Mme Borne.

Elle a aussi relevé qu’au cours des douze derniers mois, « 350 000 jeunes de moins de 30 ans » ont bénéficié d’une formation. Et 525 600 jeunes ont signé un contrat d’apprentissage en 2020, soit 42 % de plus qu’en 2019, selon des données affinées de la Dares dévoilées jeudi 8 juillet 2021.

Le plan a en outre « permis de maintenir le niveau des embauches » avec 1,8 million de jeunes de moins de 26 ans embauchés en CDI ou CDD de plus de 3 mois entre août 2020 et mai 2021, « quasiment autant qu’avant la crise », grâce notamment à la prime à l’embauche (jusqu’à 4 000 euros) qui s’est arrêtée fin mai, a-t-elle poursuivi.

Sans dévoiler le calendrier des arbitrages sur la garantie jeunes universelle, alors qu’une prise de parole du chef de l’État est attendue d’ici au 14 juillet, Mme Borne a plaidé qu’il faut « tenir la promesse » de « permettre à chaque jeune de bénéficier d’un accompagnement adapté à sa situation et d’un soutien financier ». 

« C’est pas mal de travail pour y arriver » et des enjeux financiers notables, « donc on a des collègues à Bercy qui regardent ça très attentivement », a-t-elle noté.

Créée sous le quinquennat Hollande, la garantie jeunes assure actuellement aux jeunes de 16 à 25 ans qui ne sont « ni en emploi, ni en études, ni en formation » une allocation mensuelle d’un montant maximal de 497 euros. En contrepartie, les bénéficiaires s’engagent à suivre un parcours d’insertion intensif et collectif en mission locale.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article