FNARS : protéger les sans-abri de la vague de chaleur

Lutte contre les exclusions

La FNARS demande des mesures d’urgence pour protéger les sans-abri de la vague de chaleur qui sévit cette semaine.

« L’épisode caniculaire qui s’installe dans le pays met en danger les personnes à la rue les plus fragiles, qui sont particulièrement exposées au risque de déshydratation et d’accidents cardio-vasculaires », a rappelé, le 30 juin, la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS). Alors que le nombre de personnes sans abri – souvent des familles avec enfants – augmente de manière visible dans les rues des grandes métropoles et que le numéro d’appel d’urgence 115 ne peut satisfaire qu’une demande d’hébergement sur deux, la Fédération demande « une mobilisation exceptionnelle de l’État et des collectivités locales pour protéger les sans-abri de la vague de chaleur ».

Selon la FNARS, les préfets doivent, sans attendre, ouvrir des capacités d’hébergement supplémentaires et renforcer les équipes de maraude, qui interviennent au contact des sans-abri pour repérer les personnes les plus fragiles, distribuer de l’eau et les accompagner vers des lieux protégés de la chaleur. Pour leur part, les collectivités locales doivent faciliter l’accès aux fontaines, aux toilettes publiques, « qui doivent être gratuites », et aux bains douches pour les plus exclus.

Les associations de solidarité insistent sur le fait que « la mortalité des personnes sans abri est aussi importante l’été que l’hiver et que la gestion saisonnière de l’hébergement, qui veut que l’État ouvre des capacités d’accueil en novembre pour les fermer à partir du 31 mars, en remettant chaque année des personnes à la rue, a des conséquences sanitaires et sociales désastreuses pour les plus exclus ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum