L’action sociale en 2011

Lutte contre les exclusions

Des sorties de Laurent Wauquiez sur le RSA au débat sur l’assistance sexuelle pour les handicapés en passant par le suicide des enfants, voici ce qu’il faut retenir de l’actualité de l’action sociale en 2011.


Janvier : lancement d’une enquête sur le suicide des enfants

Le gouvernement lançait, fin janvier, une mission d’information sur le suicide chez les enfants, confiée au psychiatre Boris Cyrulnik. Ses conclusions, rendues fin septembre, mêlent neurobiologie, biochimie, psychologie, sociologie et autres disciplines, dressant un état des lieux des connaissances scientifiques en matière de suicide et de tentatives de suicide des jeunes, notamment chez les 5-14 ans. Parmi ses préconisations : lutter contre les ruptures affectives répétées, adapter les rythmes scolaires aux rythmes biologiques de l’apprentissage, encourager les créations artistiques, communiquer sur la « postvention » lorsqu’il est déjà trop tard.

 

 

Février : début de la deuxième phase du programme de rénovation urbaine

Le Premier ministre présidait, le 18 février, le Conseil interministériel des villes (CIV), qui a défini les orientations 2011 du gouvernement en faveur des quartiers prioritaires. Le PNRU,  représentant près de 43 milliards d’euros d’investissements, a pour objectif de transformer et de rénover les quartiers difficiles, d’améliorer le cadre de vie des habitants, par des opérations d’aménagement urbain, de réhabilitation, de démolition et création de logements et d’équipements publics ou collectifs, ainsi qu’à travers la lutte contre le décrochage scolaire, le soutien à la construction de maisons de santé pluri-professionnelles, la poursuite de l’expérimentation du contrat d’autonomie, et la prévention de la délinquance.

 

 

Mars : première recommandation de l’ANESM concernant la qualité de vie dans les EHPAD

L’agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux  et médico-sociaux (ANESM) publiait en mars sa première recommandation concernant la qualité de vie EHPAD, intitulée  « Qualité de vie en EHPAD – De l’accueil à l’accompagnement », dans le cadre d’un programme de quatre recommandations sur la qualité de vie, étalé sur 2011et 2012.

 

 

Avril : l’étude Elfe partie pour 20 ans

La première Etude longitudinale française depuis l’enfance (Elfe) était lancée début avril. Une aventure de 20 ans pour 20000 des françaises et français nés en 2011 et 400 scientifiques impliqués, afin de déterminer les conséquences de l’environnement social et familial sur le bien-être et la santé de ces jeunes-gens.

départementale.

 

 

Mai : ce que veulent les mères d’Europe

Le Mouvement mondial des mères (MMM) présentait début mai les résultats d’une enquête portant sur 11000 mères de 16 pays européens, et listant leurs préoccupations. Il en ressortait que celles-ci étaient attachées à être entendues comme interlocutrices distinctes par leurs gouvernements, à bénéficier d’un équilibre optimal entre vie professionnelle et vie familiale, à une meilleure reconnaissance des parents au foyer et des familles.

 

 

Juin : polémique autour du RSA

Laurent Wauquiez fustigeait en juin les « dérives de l’assistanat » dont serait victime le système social français, et qu’incarneraient les bénéficiaires du RSA. Le ministre des Affaires européennes proposait alors « cinq heures hebdomadaires de services social » pour ceux-ci. Une sortie qui avait fait polémique jusque dans les rangs de la majorité, dont le RSA, « bébé » de Martin Hirsch, est une des réalisations.  « Des idées reçues démagogiques qui stigmatisent les personnes en difficulté sociale » avait alors répliqué la FNARS, ajoutant que « l’accompagnement des personnes vulnérables est un enjeu essentiel pour l’avenir de notre pays qui mérite autre chose que des positions idéologiques fondées sur des données fausses ».

 

 

Juillet : Xavier Emmanuelli quitte le samu social

Le fondateur du samu social de Paris démissionnait en juillet dernier de son poste de président, qu’il occupait depuis 1993. Et ce pour dénoncer une situation « plus gérable » des finances de l’association, financée à 92% par l’Etat, alors que le gouvernement venait d’annoncer une forte réduction des moyens alloués à l’hébergement d’urgence. Une démission médiatique et symptomatique des difficultés financières pesant sur le travail des associations d’aide aux plus démunis.

 

 

Aout : enquête sur les étudiants en situation de handicap

L’association nationale pour le Droit au savoir et à l’insertion professionnelle des jeunes personnes handicapées lançait en aout une enquête auprès des jeunes de plus de 16 ans en situation de handicap. Le but : aborder  l’ensemble des aspects de la vie des jeunes : de l’accessibilité de leurs lieux d’études aux questions de logement ou d’orientation. « L’enjeu de cette enquête inédite est de trouver des solutions permettant le bien-être de tous et que les études soient vécues comme une période d’accès à l’autonomie, d’insertion sociale et citoyenne », précisait alors le collectif Droit au savoir.

 

 

Septembre : menace sur le PEAD

En septembre dernier, le Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD), dérivé de la PAC et permettant aux associations habilités (restos du Cœur, Croix Rouge, Banque Alimentaire et Secours populaire) de recevoir plusieurs millions d’euros d’aides chaque année, était menacé par six pays de l’Union Européenne, jugeant qu’il constitue un détournement de l’objectif initial de la politique agricole commune. Cette menace avait suscité l’indignation des associations concernées, largement dépendantes du PEAD pour l’aide alimentaire aux plus démunis. Finalement, l’Union Européenne aura « sauvé » le PEAD pour 2012 et 2013, une décision saluée par les associations.

 

 

Octobre : un cahier des charges pour les MAIA

Début octobre, le gouvernement rendait public le cahier des charges régissant le fonctionnement des maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer (MAIA). Celles-ci ont vocation à coordonner les actions de l’ensemble des professionnels des secteurs social, médico-social et sanitaire travaillant auprès de personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou trouble apparenté sur un même territoire.

 

 

Novembre : une étude du Secours catholique se penche sur la pauvreté des jeunes de France

Principales conclusions de l’étude : les jeunes sont plus touchés par la crise que leurs aînés. Inactifs, ils restent alors souvent chez leurs parents, pour qui ils représentent une charge non négligeable (réduction du niveau de vie de 25% pour un couple ayant un jeune sans revenu à charge, de 33% pour une mère seule). La principale préoccupation des 18-25 ans est donc logiquement l’emploi. En conclusion, le Secours catholique fait donc une série de propositions pour améliorer la situation économique de cette génération.

 

 

Décembre : la question des assistants sexuels à nouveau posée

Les handicapés doivent-ils avoir le droit à une assistance sexuelle, même encadrée ? La question était de nouveau posée en décembre par Jean-François Chossy, ex-député UMP, auteur d’un rapport sur le sujet. L’ancien parlementaire considérant que « toute personne doit pouvoir recevoir l’assistance humaine nécessaire à l’expression de sa sexualité », là où la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot considère qu’il s’agit de prostitution. Une assistance qui serait, selon M.Chossy, accessible aux handicapés les plus lourds, et dans un cadre juridique et éthique restant à définir. Le débat, qui a lieu dans différents pays d’Europe simultanément, devrait se poursuivre en 2012.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum