Menu actualité

Thématiques

Pauvreté : les associations réclament un « bouclier social » pour les plus modestes

Publié le 15 septembre 2022 à 7h42 - par

Hausse du RSA, des APL et du montant du chèque énergie : le collectif Alerte, qui rassemble les grandes associations françaises de lutte contre la pauvreté, demande au Gouvernement de mettre en place un « bouclier social » pour les plus modestes face à l’inflation.

Pauvreté : les associations réclament un "bouclier social" pour les plus modestes

« Il est urgent d’avoir des mesures de soutien aux plus modestes », qui sont les « plus touchés par la hausse des prix et doivent arbitrer entre différents besoins », a déclaré jeudi 8 septembre 2022 lors d’une conférence de presse en ligne, Noam Leandri, président du collectif Alerte. « On voudrait aujourd’hui demander à ce qu’un bouclier social soit appliqué ». Parmi les mesures réclamées par les associations : une hausse du RSA, qui atteint aujourd’hui 598,54 euros pour une personne seule.

Le Gouvernement a revalorisé son montant de 4 % en juillet 2022, dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat, avec d’autres prestations sociales et familiales. Insuffisant aux yeux des associations car cela ne compense pas la hausse de l’inflation. L’augmentation des prix devrait atteindre 5,3 % cette année, selon la dernière estimation du Gouvernement, révélée jeudi 8 septembre 2022.

« Nous demandons une hausse du RSA et il s’agit également d’investir dans un accompagnement de qualité », a précisé Marie-Aleth Grard, présidente d’ATD Quart Monde. Pour Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, il faut également « augmenter les APL », qui ont été « malmenées pendant le quinquennat précédent » et « accélérer la rénovation des passoires thermiques », ces logements très énergivores. Il estime aussi qu’il faut « agir » sur le chèque énergie, « l’augmenter de façon pérenne et proportionnelle aux difficultés des ménages ».

Ces associations, qui se disent « très inquiètes » pour la lutte contre la grande pauvreté en France, veulent « remettre » cette thématique « à l’agenda du Gouvernement ». « On n’a pas un chantier qui s’ouvre avec une vision stratégique politique offensive pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Donc il y a un problème, c’est exactement ce qu’on a dit à plusieurs lors du Conseil national de refondation », a souligné M. Robert.

Le président Emmanuel Macron a lancé la semaine dernière le Conseil national de la refondation (CNR) pour réformer autrement la France. La pauvreté ne fait pas partie des cinq grands thèmes retenus pour les échanges à venir (le plein emploi, l’école, la santé, le « bien vieillir » et la transition écologique) mais devrait être abordée de façon transversale.

En 2020, 14,6 % de Français vivaient sous le seuil de pauvreté, selon l’Insee.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022


On vous accompagne

Retrouvez les dernières fiches sur la thématique « Action sociale »

Voir toutes les ressources numériques Action sociale