Lutte contre la pauvreté : l’État et l’Indre-et-Loire s’engagent ensemble dès 2019

Lutte contre les exclusions

L’Indre-et-Loire est le quatrième département à signer avec l’État une convention d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi.

L’Indre-et-Loire est l’un des dix territoires démonstrateurs dans lesquels la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté est mise en place de manière accélérée et renforcée. L’État et le conseil départemental ont ainsi signé, le 17 janvier 2019, une convention d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi. Cette signature s’inscrit dans la démarche de contractualisation entre l’État et les départements portée par la secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Christelle Dubos : l’État appuie les départements qui s’engagent dans le cadre de la stratégie gouvernementale pour développer de nouvelles solutions adaptées aux besoins des populations précaires sur leurs territoires.

L’Indre-et-Loire devient le quatrième département signataire d’une telle convention avec l’État. À ce titre, il bénéficie d’un soutien financier de près de 650 000 euros en 2019. Le conseil départemental s’engage à empêcher les sorties sèches de l’aide sociale à l’enfance (ASE) à l’atteinte de la majorité, à renforcer l’accès aux droits sociaux et à améliorer l’orientation et l’insertion professionnelle des allocataires du revenu de solidarité active (RSA). En contrepartie, l’État soutient deux initiatives du département, dès janvier 2019.

Un accompagnement renforcé pour les allocataires du RSA

Le département développe un système d’information pour faciliter le parcours d’insertion des allocataires du RSA, avec notamment un dossier unique d’insertion qui permettra :

    •  L’accès des référents aux dossiers individuels, la gestion du contrat d’engagement et la dématérialisation des courriers et fiches de liaison ;
    •  La mise en ligne d’une offre d’insertion actualisée, la gestion en ligne des rendez-vous et le déclenchement plus rapide des actions d’accompagnement.

L’outil sera opérationnel dès le 1er janvier 2020 pour les 9 000 allocataires et les 300 professionnels concernés.

Des actions de prévention en zone rurale

Pour améliorer ses politiques « d’aller vers » les familles les plus vulnérables, surtout en milieu rural, le département propose :

  • La création d’une antenne itinérante du service d’accompagnement de jour du jeune enfant et de la parentalité (SAJJEEP) ;
  • Le lancement d’un bus de la prévention avec à bord un médecin, une sage-femme et une infirmière puéricultrice effectuant des consultations pédiatriques préventives.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum