Signature du 2e Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire

Lutte contre les exclusions

Le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt veut réduire de moitié le gaspillage alimentaire à l’horizon 2025.

Le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Stéphane Le Foll, a signé, le 24 avril, le deuxième Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, qui va couvrir une période de 3 ans (2017-2020). Objectif affiché : réduire de 50 % ce gaspillage à horizon 2025. Construit autour de sept axes stratégiques, ce nouveau Pacte regroupe dix engagements de l’État, déclinés en 19 mesures opérationnelles. Les partenaires de l’État, représentant l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire, s’engagent, quant à eux, sur la mise en œuvre de 16 actions prioritaires.

Pour parvenir à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025, l’État et ses partenaires vont chercher à répondre à plusieurs enjeux :

  • Favoriser la gestion des invendus et le don alimentaire
  • Renforcer l’innovation et les partenariats entre les acteurs
  • Déployer de nouveaux outils de communication
  • Quantifier le gaspillage…

« Un renforcement de la gouvernance et la création de six groupes de travail donneront un nouvel élan à la lutte contre le gaspillage alimentaire et permettront de mobiliser l’ensemble des acteurs autour de feuilles de route opérationnelles », assure Stéphane Le Foll. Après le don de produits laitiers en 2013, d’œufs en 2014, et de fruits et légumes et pommes de terre en 2016, « ce nouveau pacte antigaspi acte, notamment, un engagement de l’État à soutenir en 2017 les dons de viandes peu transformées aux associations d’aide alimentaire » (Banques alimentaires, Restos du Cœur…), conclut le ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum