Alzheimer : attention aux somnifères !

Personnes âgées

Selon une étude franco-canadienne, certains somnifères augmenteraient les risques de développer la maladie d’Alzheimer.

Rendue publique ce mercredi 10 septembre 2014 sur le site internet du British Medical Journal, une étude franco-canadienne montre que l’utilisation à long terme de certains somnifères ou médicaments contre l’anxiété de la famille des benzodiazépines pourrait augmenter sensiblement le risque de développer une maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs ont étudié 1 796 malades d’Alzheimer répertoriés dans un programme d’assurance médicale canadien et les ont comparés à plus de 7 000 personnes en bonne santé, de même âge et de même sexe. Après six ans de recherches, ils ont montré que la prise de benzodiazépines durant plus de trois mois était associée à un risque accru d’Alzheimer pouvant atteindre 51 % !

Selon les résultats de l’étude, le risque est lié à la durée d’exposition et se révèle plus important en cas d’utilisation de benzodiazépines ayant une longue durée d’action. Les auteurs de l’étude, parmi lesquels des chercheurs de l’Inserm et de l’Université de Montréal, soulignent que leurs résultats « renforcent la suspicion d’un lien direct possible » entre la prise de benzodiazépines et la maladie d’Alzheimer.

Ce lien doit, néanmoins, encore être confirmé. Ces résultats vont dans le sens des mises en garde lancées par les autorités sanitaires de plusieurs pays contre l’utilisation des benzodiazépines, notamment chez les personnes âgées, en raison d’effets secondaires d’ordre cognitif.

Pour en savoir plus : thebmj.com

 

Weka vous propose une formation adaptée à vos besoins.

Comprendre et accompagner les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou de démences apparentées

Objectifs : sensibilisation à l’accompagnement non médicamenteux de la maladie d’Alzheimer.


  • Renforcer sa capacité d’objectivation et de prise de recul par une meilleure connaissance des maladies neurodégénératives.
     
  • Développer les compétences des personnels dans leur capacité à appréhender les conséquences de la maladie.
     
  • Savoir développer une attitude d’écoute et mobiliser les ressources du malade et de leur famille.
     
  • Favoriser le processus d’accompagnement par la mise en place de projets d’animations adaptés.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum