France Alzheimer s’oppose au déremboursement des médicaments anti-Alzheimer

Personnes âgées

France Alzheimer et maladies apparentées s’inquiète du risque de déremboursement total des médicaments de la maladie d’Alzheimer.

Dans un avis rendu le 20 octobre, la Commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) estime que l’intérêt médical des médicaments de la maladie d’Alzheimer « est insuffisant pour justifier leur prise en charge par la solidarité nationale ». « Compte tenu de la confirmation de la faible efficacité de ces médicaments, de l’existence d’effets indésirables potentiellement graves et sachant que la prise en charge des personnes touchées doit être globale », la Commission préconise leur déclassement du niveau de service médical rendu (SMR) « faible » à « insuffisant ». Cela signifierait « tout simplement leur déremboursement total ! », s’est alarmée le jour même France Alzheimer et maladies apparentées.

Les quatre médicaments utilisés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer sont concernés par cet avis : Ebixa (Lundbeck), Aricept (Eisai), Exelon (Novartis Pharma) et Reminyl (Janssen Cilag). « Mis sur le marché depuis plus d’une vingtaine années, les contre-indications et les précautions d’usage de ces médicaments sont bien connues des spécialistes qui évaluent au cas par cas la pertinence de leur prescription », plaide l’association. Ces traitements symptomatiques participent à « une prise en soin des personnes malades qui comprend un volet médical et un volet médico-social, poursuit France Alzheimer et maladies apparentées. Leur déremboursement total envoie un signal négatif et dangereux à toutes les personnes malades qui bénéficient de ces traitements et à toutes celles qui sont engagées dans une démarche de diagnostic ».
« Ce n’est pas le déremboursement de ces quatre médicaments, dont bénéficient entre 30 000 et 40 000 personnes malades, qui va permettre de rétablir les comptes de la Sécurité sociale ! », clame l’association. Elle rappelle que ceux-ci sont « génériqués et que la France serait le seul pays européen à les dérembourser ».

En attendant la publication officielle du rapport, qui devrait intervenir dans les prochains jours, France Alzheimer et maladies apparentées a d’ores et déjà sollicité un rendez-vous auprès de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum