Dépendance : un Français sur deux s’est déjà occupé d’un proche en perte d’autonomie

Personnes âgées

La moitié des Français (49 %) déclare s’être déjà occupée d’un proche en perte d’autonomie, et la très grande majorité (90 %) est en attente d’une aide concrète pour faire face à cette situation, indique lundi 22 avril 2013 une étude Opinionway pour l’Observatoire de la santé Le Figaro-Weber Shandwick.

Parmi les Français s’étant déjà occupés d’un proche dépendant, 17 % l’ont fait régulièrement, 17 % de temps en temps et 15 % rarement. Logiquement, ce sont les Français les plus âgés qui sont davantage concernés : 56 % des 50-64 ans et jusqu’à 71 % des 65 ans et plus. Mais en raison de l’allongement de l’espérance de vie, les jeunes sont aussi mobilisés (40 % des 18-24 ans), révèle ce sondage. Dans les trois quarts des cas, ces « aidants » se font eux-mêmes aider, principalement par d’autres membres de la famille (36 %) ou par des professionnels (33 %).

Quand on demande à l’ensemble des Français interrogés quel type de soutien leur serait le plus utile en tant qu’aidant familial, ils citent à égalité le conseil auprès d’un réseau d’entraide, une association ou une structure publique (49 %) et une formation d’une vingtaine d’heures (48 %). Seuls 10 % déclarent pouvoir se passer d’aide.

Autre enseignement du sondage : une très grande majorité des Français (90 %) est en attente d’une aide concrète en cas de perte d’autonomie d’un proche. Ils souhaiteraient principalement davantage d’aides financières (42 %), le développement de technologies facilitant la vie au quotidien (40 %) et des dispositifs leur permettant de concilier vie professionnelle, personnelle et travail d’aidant (40 %).

Les maladies perçues comme étant les plus difficiles à gérer pour l’entourage familial sont principalement les maladies neuro-dégénératives type Alzheimer/Parkinson (85 %) et les séquelles d’un AVC (63 %).

Cette étude a été réalisée entre le 10 et le 11 avril auprès d’un échantillon représentatif de 1 010 individus de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

 

Pour aller plus loin :

 

Livre blanc

Soulager les aidants familiaux par le baluchonnage

Téléchargez

Aujourd’hui, les collectivités locales ou les associations d’aide aux personnes visent à offrir aux aidants familiaux des formules de répit nouvelles, plus souples et adaptées à leurs besoins. Isolés auprès de leur proche malade, ils rencontrent des difficultés à se mobiliser pour leur propre parcours d’insertion.

Le baluchonnage fait appel à une aide extérieure, des professionnels de la santé ou du service à la personne qui remplacent pendant quelques jours l’aidant familial, à domicile.

Soulager les aidants familiaux par le baluchonnage incombe aux collectivités locales, aux établissements sociaux et aux professionnels des services à la personne. Il importe alors :

  • de comprendre l’intérêt d’utilisation du baluchonnage ;
  • de réunir et présenter ses acteurs ;
  • de rappeler le dispositif du baluchonnage.

Découvrez les réponses à ces problématiques en téléchargeant gratuitement la fiche « Soulager les aidants familiaux par le baluchonnage ».

Cet extrait du service documentaire L’insertion en pratique vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum