Maladie d’Alzheimer : le boom des dispositifs de prise en charge

Personnes âgées

Les structures prenant en charge les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer se sont multipliées au cours des dix dernières années, constate, avec satisfaction, la Fondation Médéric Alzheimer.

À l’occasion de la Journée mondiale Alzheimer 2012, la Fondation Médéric Alzheimer a mis en ligne, fin septembre, son rapport sur dix ans d’enquêtes auprès des dispositifs de prise en charge des personnes atteintes de cette maladie. Ce document retrace les grandes tendances observées par la fondation depuis 2003. A savoir :

– Le nombre de consultations mémoire labellisées a augmenté de 87 %.

– Le nombre total de lieux d’information ou de coordination gérontologique a augmenté de 72 % : Centres locaux d’information et de coordination (CLIC), réseaux gérontologiques, Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer (MAIA)…

– Le nombre d’accueils de jour a été multiplié par dix (passant de 185 à 1 780) et le nombre des places par huit (passant de 1 500 à 11 700). Toutefois, les trois quarts (76 %) d’entre eux posent des limites à l’admission (agressivité, stade sévère de la maladie, dépendance physique).

– Dans le domaine de l’aide aux aidants, France Alzheimer occupe une place primordiale, avec 425 implantations en France en 2011 (départementales ou locales), contre 129 en 2003. Cependant, d’autres dispositifs ont également développé des activités d’aide aux aidants : des accueils de jour, des consultations mémoire, des lieux d’information-coordination. Au total, en 2011, 1 960 lieux (soit 58 % de tous les dispositifs hors hébergement) proposaient au moins une activité d’aide aux aidants familiaux : groupe de discussion, réunion publique d’information, soutien psychologique individuel…

– Les établissements d’hébergement (environ 10 000, tous types confondus) sont, quant à eux, de plus en plus nombreux à accueillir à l’entrée des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, se réjouit la Fondation Médéric Alzheimer. Ils étaient près des trois quarts (71 %) en 2011, contre un peu plus de la moitié (55 %) en 2003. Cette proportion atteint même, désormais, plus de 90 % dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et les unités de soins de longue durée (USLD). Seul bémol, les établissements d’hébergement se montrent « de plus en plus nombreux à poser des limites à l’admission de ces personnes : 51 % en 2003 et 70 % en 2011 (risque de fugue, troubles du comportement, soins techniques lourds…) », déplore la fondation.
Enfin, en 2011, 2 700 établissements sur les 7 000 accueillant à l’entrée les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, soit plus du tiers (38 %), étaient dotés d’unités spécifiques Alzheimer. En 2003, ils n’étaient que 815, rappelle la fondation.
 

« Malgré ces évolutions très positives, des disparités géographiques persistent, mais se sont atténuées depuis dix ans », conclut la Fondation Médéric Alzheimer.

Le rapport de la fondation est à consulter sur : www.fondation-mederic-alzheimer.org

 

 

Pour aller plus loin :

 

Livre blanc

Soulager les aidants familiaux par le baluchonnage

Téléchargez

Aujourd’hui, les collectivités locales ou les associations d’aide aux personnes visent à offrir aux aidants familiaux des formules de répit nouvelles, plus souples et adaptées à leurs besoins. Isolés auprès de leur proche malade, ils rencontrent des difficultés à se mobiliser pour leur propre parcours d’insertion.

Le baluchonnage fait appel à une aide extérieure, des professionnels de la santé ou du service à la personne qui remplacent pendant quelques jours l’aidant familial, à domicile.

Soulager les aidants familiaux par le baluchonnage incombe aux collectivités locales, aux établissements sociaux et aux professionnels des services à la personne. Il importe alors :

  • de comprendre l’intérêt d’utilisation du baluchonnage ;
  • de réunir et présenter ses acteurs ;
  • de rappeler le dispositif du baluchonnage.

Découvrez les réponses à ces problématiques en téléchargeant gratuitement la fiche « Soulager les aidants familiaux par le baluchonnage ».

Cet extrait du service documentaire L’insertion en pratique vous est offert par les Éditions Weka.

 

Formation : comprendre et accompagner les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou de démences apparentées

Objectifs


  • Renforcer sa capacité d’objectivation et de prise de recul par une meilleure connaissance des maladies neurodégénératives.
     
  • Développer les compétences des personnels dans leur capacité à appréhender les conséquences de la maladie.
     
  • Savoir développer une attitude d’écoute et mobiliser les ressources du malade et de leur famille.
     
  • Favoriser le processus d’accompagnement par la mise en place de projets d’animations adaptés.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum