La Conférence nationale du handicap de cet automne se prépare

Personnes handicapées

La secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées a assisté, mi-juillet, à la restitution des cinq chantiers nationaux lancés pour préparer la Conférence nationale du handicap.

Sous la bannière « Tous mobilisés, tous concernés ! », la Conférence nationale du handicap (CNH) 2018-2019 se tiendra à l’automne. Devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) et en présence de la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, les rapporteurs des cinq chantiers nationaux mis en place dans le cadre de la CNH ont restitué, le 10 juillet 2019, le résultat de leurs travaux. Ces chantiers ont fait l’objet d’une étroite concertation avec tous les acteurs : les personnes en situation de handicap et leurs représentants, les associations, les administrations centrales, les agences régionales de santé (ARS), les parlementaires ou encore les départements. Au total, plus de 800 personnes se sont mobilisées.

Lancée le 3 décembre 2018, la Conférence nationale du handicap 2018-2019 s’est organisée autour de la labellisation des actions citoyennes sur les territoires (500 à ce jour), des déplacements des ministres à la rencontre des citoyens et du lancement des cinq chantiers nationaux. À savoir :

  • Améliorer et simplifier la compensation du handicap pour les enfants ;
  • Rénover la prestation de compensation du handicap (PCH) pour les personnes handicapées adultes ;
  • Faire évoluer les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ;
  • Prévenir les départs non souhaités en Belgique ;
  • Assurer la participation des personnes en situation de handicap à la construction des politiques publiques.

Ces cinq chantiers portent tous de nombreuses propositions pour renforcer le pouvoir d’agir des personnes en situation de handicap, « priorité du quinquennat ». Le gouvernement va maintenant « procéder à leur examen attentif, en lien avec les départements, pour une amélioration concrète de la vie des personnes et de leurs familles ».

Selon le secrétariat d’État, les conditions doivent pouvoir être trouvées d’un « pacte de confiance, d’appui et d’exigence renouvelé » entre l’État et les départements sur l’activité des MDPH, pour une qualité de service à la fois équitable sur l’ensemble du territoire national, améliorée pour toutes les familles et permettant des solutions adaptées pour les personnes. « C’est en améliorant le fonctionnement des MDPH que nous améliorerons le parcours des personnes », assure Sophie Cluzel.

Aussi, l’État souhaite s’engager, avec les départements principalement concernés, pour éviter les départs des adultes handicapés vers la Belgique, qui sont aujourd’hui plus de 6 000 hébergés dans des établissements wallons. « Il convient de mettre fin à cette séparation forcée des familles », insiste le secrétariat d’État. Il s’agira de définir les conditions permettant d’offrir, à la fois, des alternatives à ce départ par le développement de solutions nouvelles sur le territoire français, et des garanties de qualité d’accompagnement pour ceux qui souhaitent rester dans ces établissements.

Les travaux doivent, en outre, permettre de progresser sur les besoins de compensation non couverts aujourd’hui, comme l’accompagnement des parents handicapés pour bénéficier d’une parentalité ordinaire ou encore une meilleure lisibilité et adaptation des aides dédiées aux enfants en situation de handicap, « dont la prise en charge précoce constitue un enjeu fort ». Pour faciliter la vie des personnes en situation de handicap, une mission sera engagée, à la rentrée, pour renforcer leur accès aux aides techniques et numériques.

Enfin, le prochain renouvellement du CNCPH devra permettre d’en conforter le rôle. En particulier, il s’agira d’assurer la pleine participation des personnes en situation de handicap et de leurs représentants, pour tirer bénéfice de toute leur expertise. « Le handicap est l’affaire de tous. État, collectivités territoriales, associations gestionnaires sont en coresponsabilité pour changer la donne », plaide la secrétaire d’État. Un travail sera engagé avec les associations autour d’un accord de méthode permettant de mobiliser au mieux l’expertise de chacun et d’asseoir la complémentarité des actions.

Sophie Cluzel donne rendez-vous à l’automne pour la tenue de la Conférence nationale du handicap, à l’appui d’une nouvelle dynamique citoyenne, qui prendra la forme d’un « Forum national pour une société inclusive ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum